Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Amis de Dieu > L’amitié avec Dieu > Point 142
142

Ce dimanche in albis me fait penser à une vieille et pieuse tradition de chez moi. En ce jour où la liturgie nous invite à désirer la nourriture spirituelle — rationabile, sine dolo lac concupiscite, désirez le lait spirituel non frelaté — il était alors d’usage d’apporter la Sainte Communion aux malades, — et pas seulement dans les cas graves — afin de leur permettre d’accomplir le précepte pascal.

Dans quelques grandes villes les paroisses organisaient des processions eucharistiques. Je me rappelle que, lorsque j’étais étudiant à Saragosse, il était courant d’y rencontrer dans la grand’rue trois processions entièrement composées d’hommes, de milliers d’hommes, portant de grands cierges allumés. De solides gens, qui accompagnaient le Saint-Sacrement avec une foi plus grande encore que leurs immenses cierges de plusieurs kilos.

La nuit dernière, m’étant réveillé à plusieurs reprises, j’ai répété, en guise d’oraison jaculatoire, cette phrase de l’Écriture : quasi modo geniti infantes, comme des enfants nouveau-nés... Je considérais que cette invitation de l’Église venait à point nommé pour tous ceux qui éprouvent la réalité de leur filiation divine. S’il est bien vrai que nous devons être fermes, solides, d’une trempe telle que nous exercions une influence là où nous nous trouvons, comme il est doux néanmoins de se sentir de tout petits enfants devant Dieu !

Quasi modo geniti infantes, rationabile, sine dolo lac concupiscite : “ Comme des enfants nouveau-nés pleurez pour recevoir le lait pur et sans souillure de l’esprit. ” Ce verset de Pierre est extraordinaire, et je comprends bien que la liturgie lui ait ajouté : exsultate Deo adjutori nostro : jubilate Deo Jacob ; criez de joie pour Dieu notre force, acclamez le Dieu de Jacob, qui est aussi notre Père et Seigneur. Cependant, j’aimerais qu’en ce jour nous méditions, vous et moi, non sur le Saint-Sacrement de l’Autel, qui arrache à notre cœur les plus sublimes louanges à Jésus, mais sur cette certitude de la filiation divine, ainsi que sur quelques-unes des conséquences qui en découlent pour ceux qui veulent vivre sérieusement leur vie chrétienne

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant