Josemaría Escrivá Obras
283

Poursuivons maintenant la considération de ce mystère de la Maternité divine de Marie, dans une prière silencieuse, en affirmant du fond de notre âme : Ô vierge, ô Mère de Dieu : celui que les cieux ne peuvent contenir, s’est enfermé dans ton sein pour prendre la chair de l’homme.

Voyez ce que la liturgie nous fait réciter aujourd’hui : bienheureuses soient les entrailles de la Vierge Marie, qui ont accueilli le Fils du Père éternel. Exclamation vieille et nouvelle, humaine et divine. C’est dire au Seigneur, comme on a coutume de le faire en certains endroits pour louer une personne : bénie soit la mère qui t’a mis au monde !

Précédent Voir le chapitre Suivant