Josemaría Escrivá Obras
78

Celui qui sait être fort n’est pas mû par la hâte de recueillir le fruit de sa vertu ; il est patient. La force nous amène à savourer cette vertu humaine et divine qu’est la patience. Grâce à votre patience, vous possédez votre âme (Lc 21, 19). La possession de l’âme appartient à la patience qui, en effet, est l’origine et la gardienne de toutes les vertus. Nous possédons notre âme par la patience parce que, en apprenant à nous dominer, nous commençons à posséder ce que nous sommes. Et c’est cette patience qui nous stimule à être compréhensifs envers autrui, persuadés que les âmes s’améliorent avec le temps, comme le bon vin.

Précédent Voir le chapitre Suivant