Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Chemin > Présence de Dieu > Chap 11
265

Les enfants… Comme ils essaient de bien se tenir en présence de leurs parents !

Et les fils de roi, en présence du roi leur père, comme ils s’efforcent de garder la dignité royale !

Et toi…, ne sais-tu pas que tu es toujours en présence du grand Roi, Dieu, ton Père ?


266

Ne prends aucune décision, sans t’attarder à considérer la question en présence de Dieu.


267

Il faut se convaincre que Dieu est continuellement près de nous. — Nous vivons comme si le Seigneur était loin, là-haut, où brillent les étoiles, et nous ne voyons pas qu’il est aussi toujours à nos côtés.

Et il est là, comme un Père aimant. — Il aime chacun de nous plus que toutes les mères du monde ne peuvent aimer leurs enfants. — Il nous aide, nous inspire, nous bénit… et nous pardonne.

Que de fois n’avons-nous pas déridé nos parents, en leur disant, après une espièglerie : je ne le ferai plus ! — Peut-être le jour même sommes-nous retombés.

— Et notre père, avec une dureté feinte dans la voix et le visage sévère, nous a réprimandés…, alors même que son cœur était attendri ; il connaissait notre faiblesse, et pensait : pauvre enfant, comme il s’efforce de bien faire !

Il faut nous en pénétrer, nous en saturer : le Seigneur, qui est à la fois près de nous et dans les cieux, est un Père et vraiment un Père pour nous.


268

Habitue-toi à élever ton cœur vers Dieu en action de grâces, et souvent dans la journée. — Parce qu’il te donne ceci ou cela. — Parce qu’on t’a humilié. — Parce que tu ne possèdes pas ce dont tu as besoin, ou parce que tu le possèdes.

Parce que sa Mère, qui est aussi ta Mère, il l’a voulue si belle. — Parce qu’il a créé le soleil et la lune, et cet animal et cette plante. — Parce qu’il a donné à celui-ci d’être éloquent et à toi de bredouiller…

Remercie-le de tout, parce que tout est bon.


269

Ne sois pas aveugle ou étourdi au point de ne pas pénétrer en esprit dans chaque tabernacle, lorsque tu aperçois les murs ou les clochers des maisons du Seigneur. — Il t’attend.

Ne sois pas aveugle ou étourdi au point d’oublier de réciter ne serait-ce qu’une oraison jaculatoire à Marie Immaculée, lorsque tu viens à passer près des lieux où tu sais qu’on offense le Christ.


270

N’es-tu pas heureux de découvrir, sur ton trajet habituel dans les rues de la ville, un nouveau tabernacle ?


271

Vœux d’une âme de prière : que Jésus soit dans nos intentions notre but ; dans nos affections, notre Amour ; dans nos propos, notre sujet ; dans nos actes, notre modèle.


272

Recours à ces saints “ procédés humains ” que je t’ai conseillés pour ne pas perdre la présence de Dieu : oraisons jaculatoires, actes d’amour et de réparation, communions spirituelles, “ regards ” à l’image de Notre Dame…


273

Seul ! — Tu n’es pas seul. De loin, nous t’accompagnons. — Et puis…, le Saint-Esprit qui habite ton âme en état de grâce — Dieu avec toi — donne un ton surnaturel à toutes tes pensées, à tous tes désirs et à toutes tes œuvres.


274

“ Père, me disait ce grand gaillard, bon étudiant de l’Université Centrale (que sera-t-il devenu ?) — en pensant à ce que vous m’avez dit… en pensant que je suis fils de Dieu ! je me suis surpris, dans la rue, “ fier comme Artaban ” au dehors et plein d’orgueil au dedans… Fils de Dieu ! ”

Je lui ai conseillé, en toute conscience, de cultiver l’“ orgueil ”.


275

Je ne doute pas de ta droiture. — Je sais que tu agis en présence de Dieu. Mais, il y a un “ mais ” : tes actions sont vues, ou peuvent être vues, par des hommes qui les jugent humainement… Et il convient de leur donner le bon exemple.


276

Si tu t’habitues à chercher, fût-ce une fois par semaine, l’union avec Marie pour aller à Jésus, tu verras comme tu obtiendras une plus grande présence de Dieu.


277

Pourquoi cette Croix de bois, me demandes-tu ? — Et je te cite ce passage d’une lettre : “ En levant les yeux du microscope, le regard tombe sur la Croix noire et vide. Cette Croix sans Crucifié est un symbole. Elle a un sens que les autres ne verront pas. Et celui qui, fatigué, était sur le point d’abandonner la tâche, se remet à l’oculaire et poursuit son travail, parce que la Croix vide appelle des épaules qui la portent. ”


278

Sois en présence de Dieu et tu auras une vie surnaturelle.


[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Suivant