Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Chemin > Humilité > Chap 27
589

Quand tu entendras les applaudissements du triomphe, que résonnent aussi à tes oreilles les rires que tes échecs ont soulevés.


590

Ne souhaite pas ressembler à la girouette dorée de ce grand édifice ; si brillante et si haute soit-elle, elle ne compte guère pour la solidité de l’ouvrage.

— Sois plutôt comme la vieille pierre de taille, enfouie dans les fondations, sous terre, là où personne ne te verra : grâce à toi la maison ne s’écroulera pas.


591

Plus on m’exaltera, mon Jésus, plus je te supplie de m’humilier dans mon cœur, en me faisant comprendre ce que j’ai été, et ce que je serais, si tu m’abandonnais.


592

N’oublie pas que tu es… la boîte à ordures. — C’est pourquoi, si le divin Jardinier te choisit, s’il te décape, te nettoie…, et s’il place en toi des fleurs magnifiques…, ni les parfums ni les couleurs qui parent ta laideur ne doivent te rendre orgueilleux.

— Humilie-toi ; ne sais-tu pas que tu n’es que la poubelle ?


593

Quand tu te verras tel que tu es, il te semblera naturel qu’on te méprise.


594

Tu n’es pas humble lorsque tu t’humilies, mais bien lorsqu’on t’humilie et que tu le supportes pour le Christ.


595

Si tu te connaissais, tu te réjouirais d’être méprisé, et ton cœur pleurerait devant l’exaltation et la louange.


596

Ne souffre pas si l’on voit tes fautes ; l’offense à Dieu et le mauvais exemple que tu peux donner, voilà ce dont tu dois souffrir.

— Pour le reste, qu’on sache qui tu es et qu’on te méprise. — Ne t’afflige pas de n’être rien : ainsi Jésus doit tout mettre en toi.


597

Si tu agissais suivant les impulsions de ton cœur et celles que la raison te dicte, tu serais continuellement face contre terre, prosterné comme un ver sale, laid et misérable… devant ce Dieu qui doit tellement te supporter.


598

Qu’elle est donc grande la valeur de l’humilité ! — Quia respexit humilitatem… Par-dessus la foi, la charité, la pureté immaculée, voici ce que proclame l’hymne de joie chantée par notre Mère dans la maison de Zacharie :

“ Parce qu’il a regardé mon humilité, voici que toutes les générations m’appelleront bienheureuse. ”


599

Tu es poussière sale et déchue. — Quand bien même le souffle du Saint-Esprit t’élèverait par-dessus toutes les choses de la terre ; quand bien même les rayons souverains du Soleil de Justice te feraient briller comme l’or, en se réfléchissant de haut sur ta misère, n’oublie pas la pauvreté de ta condition.

Une seconde d’orgueil te rejetterait au sol, tu cesserais d’être lumière pour n’être plus que fange.


600

Toi… orgueilleux ? — De quoi ?


601

De l’orgueil ? — Pourquoi ?… Avant peu

— c’est une question d’années ou de jours — tu ne seras que charogne puante : vers, humeurs fétides, guenilles souillées du linceul…, et personne sur terre ne se souviendra de toi.


602

Toi qui es savant, célèbre, éloquent, puissant, si tu n’es pas humble, tu ne vaux rien. — Tranche, arrache ce “ moi ”, cet égoïsme que tu possèdes au superlatif. Dieu t’aidera. Tu pourras alors commencer à travailler pour le Christ, au dernier rang de son armée d’apôtres.


603

Cette fausse humilité t’est bien commode : tu es si humble, si humble, que tu vas jusqu’à délaisser des droits… qui sont des devoirs.


604

Reconnais humblement ta faiblesse pour pouvoir dire avec l’Apôtre : Cum enim infirmor, tunc potens sum, c’est quand je suis faible que je suis le plus fort.


605

Père, comment pouvez-vous supporter tant d’ordures ? m’as-tu dit, après une bonne confession ;

— Je me suis tu, pensant que si ton humilité te porte à te considérer comme de l’ordure, un tas d’ordures, nous pourrons encore faire de toute ta misère quelque chose de grand.


606

Vois l’humilité de notre Jésus : il a eu un bourricot pour trône à Jérusalem !…


607

L’humilité est aussi un bon chemin qui mène à la paix intérieure ; — C’est “ Lui ” qui l’a dit : “ Apprenez de moi, qui suis doux et humble de cœur…, et vous trouverez la paix pour vos âmes. ”


608

Ce n’est pas manquer d’humilité que de prendre conscience des progrès de ton âme. — Tu peux ainsi remercier Dieu.

— N’oublie pas cependant que tu es un mendiant vêtu d’un beau costume… d’emprunt.


609

La connaissance de soi nous prend par la main pour nous guider vers l’humilité.


610

Ta vigueur à défendre l’esprit et les règles de l’apostolat où tu t’es engagé ne doit pas fléchir par fausse humilité. — Cette fermeté n’est pas orgueil : c’est la vertu cardinale de force.


611

Par orgueil. — Déjà tu te croyais capable de tout, toi seul. — Il t’a lâché un instant, et tu es tombé la tête la première. — Sois humble, et son aide extraordinaire ne te fera pas défaut.


612

Il est temps de repousser ces pensées d’orgueil ! Tu es le pinceau dans les mains de l’artiste. — Et rien de plus.

— Dis-moi à quoi sert un pinceau s’il empêche le peintre de réaliser son œuvre.


613

Pour devenir humble, toi si creux et si imbu de ta personne, il suffit que tu médites ces paroles d’Isaïe : tu es “ une goutte d’eau ou de rosée qui tombe sur la terre et qu’on distingue à peine ”.


[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Suivant