Josemaría Escrivá Obras
134

La chair a beau se vêtir de soie… Je te dirai, quand je te verrai chanceler devant la tentation qui cache son impureté sous des prétextes d’art, de science…, de charité !

Je te dirai, en m’inspirant d’un vieux dicton espagnol : Même vêtue de soie, la chair reste toujours la chair.

Précédent Voir le chapitre Suivant