Josemaría Escrivá Obras
145

Sur le front de Madrid. Une vingtaine d’officiers, fiers et joyeux camarades. Une chanson s’élève, puis une autre, et une autre encore.

Ce jeune lieutenant, à la moustache brune, n’entendit que la première :

Des cœurs partagés

moi, je n’en veux pas ;

et si je donne le mien,

je le donne en entier.

“ Quelle résistance à donner mon cœur en entier ! ” — Et la prière jaillit, fleuve tranquille et large.

Précédent Voir le chapitre Suivant