Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Chemin > Le cœur > Point 164
164

Comment va ce cœur ? — Ne t’inquiète donc pas, mon enfant : les saints, qui étaient des êtres bien constitués et normaux, comme toi et moi, éprouvaient aussi ces penchants “ naturels ”. Et s’ils ne les avaient pas éprouvés, ils auraient eu bien peu de mérite à garder, par réaction “ surnaturelle ”, leur cœur — corps et âme — pour Dieu, au lieu de le donner à une créature.

C’est pourquoi je pense que la faiblesse du cœur, lorsqu’on a vu le chemin, ne doit pas faire obstacle à une âme décidée et “ vraiment éprise ”.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant