Josemaría Escrivá Obras
261

Je te défends d’y penser plus longtemps. — En revanche, bénis Dieu qui a rendu la vie à ton âme.

Précédent Voir le chapitre Suivant