Josemaría Escrivá Obras
465

Ces soucis, que tu éprouves à l’égard de tes frères, me paraissent très bons : ils donnent la preuve de votre mutuelle charité. — Veille, cependant, à ce qu’ils ne dégénèrent pas en inquiétude.

Précédent Voir le chapitre Suivant