Josemaría Escrivá Obras
53

Cet esprit critique — je te concède qu’il n’est pas médisance — tu ne dois l’exercer ni dans votre apostolat, ni avec tes frères. Pour votre entreprise surnaturelle — pardonne-moi de te le dire — cet esprit critique est une grande entrave. En effet, pendant que tu examines le travail des autres — avec, je te l’accorde, une entière hauteur de vue, mais sans raison d’examiner quoi que ce soit — tu ne fais rien de positif et, par l’exemple et ta passivité, tu enrayes la bonne marche de l’ensemble..

“ Alors — demandes-tu, inquiet — cet esprit critique qui est un peu la substance de mon caractère… ? ”

Écoute. Je vais te rassurer : prends un stylo et du papier, écris simplement et en toute confiance — et brièvement ! — ce qui te tourmente. Remets le papier à ton supérieur. N’y pense plus. — Lui, qui est “ la tête ” — et qui a la grâce d’état — classera la note… ou la jettera à la corbeille à papier. — Pour toi, si ton esprit critique n’est point médisance et si tu l’exerces avec quelque hauteur de vue, cela reviendra au même.

Précédent Voir le chapitre Suivant