Josemaría Escrivá Obras
583

Je ne suis pas féru de miracles. — Ceux que rapporte le saint Évangile, t’ai-je dit, suffisent largement à étayer ma foi. — Mais ils me font de la peine, ces chrétiens — même pieux et “ apostoliques ! ” — qui sourient à entendre parler de chemins extraordinaires, d’événements surnaturels. — J’ai grande envie de leur dire : Oui, aujourd’hui encore, les miracles existent ; nous-mêmes nous en ferions, si nous avions la foi !

Précédent Voir le chapitre Suivant