Josemaría Escrivá Obras
737

N’as-tu pas entendu avec quelle tristesse les mondains se plaignent de ce que “ chaque jour qui passe, c’est mourir un peu ” ?

Mais moi, je te dis : réjouis-toi, âme d’apôtre, car chaque jour qui passe te rapproche de la Vie.

Précédent Voir le chapitre Suivant