Josemaría Escrivá Obras
812

Je m’explique que tu aimes tant ta patrie et les tiens, et que, malgré ces liens, tu attendes avec impatience de traverser terres et océans — de partir au loin ! — parce que le désir de la moisson te tient, jour et nuit, en éveil.

Précédent Voir le chapitre Suivant