Josemaría Escrivá Obras
976

Tu me fais un bel éloge de “ l’apostolat épistolaire ”. Tu m’écris : “ Je ne sais comment noircir le papier de choses utiles au destinataire. Quand je commence, je dis à mon ange gardien que, si j’écris, c’est pour que cela serve à quelque chose. Et, même si je ne dis que des sottises, personne ne peut m’enlever, ni enlever à mon correspondant, le moment que j’ai passé à prier pour ce que je sais être le plus nécessaire à son âme. ”

Précédent Voir le chapitre Suivant