Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Entretiens > L'Opus Dei : une institution qui encourage la recherche de la sainteté dans le monde > Chap 5
58

L'Opus Dei joue un rôle de premier plan dans le processus que suit l'évolution du laïcat ; nous voudrions donc vous demander, avant tout, quelles sont, à votre avis, les caractéristiques les plus notables de ce processus ?

— J'ai toujours pensé que la caractéristique fondamentale du processus que suit l'évolution du laïcat est une prise de conscience : celle de la dignité de la vocation chrétienne. L'appel de Dieu, le caractère baptismal et la grâce font que chaque chrétien peut et doit pleinement incarner la foi. Chaque chrétien doit être un alter Christus, ipse Christus, présent parmi les hommes. Le saint-père l'a dit d'une manière non équivoque : « Il faut redonner au fait d'avoir reçu le saint baptême, c'est-à-dire d'avoir été inséré par ce sacrement dans le corps mystique du Christ qui est l'Église, toute son importance Être chrétien, avoir reçu le saint baptême, ne doit pas être considéré comme une chose indifférente ou négligeable ; cela doit marquer profondément et heureusement la conscience de tout baptisé » (Enc. Ecclesiam suam, 1re partie.).


59

Cela implique une vision plus profonde de l'Église, en tant que communauté formée par tous les fidèles, de sorte que nous sommes tous solidaires d'une même mission, que chacun doit remplir selon ses conditions personnelles. Les laïcs, grâce aux impulsions de l'Esprit Saint, sont de plus en plus conscients d'être Église, d'assurer une mission spécifique, sublime et nécessaire, puisqu'elle a été voulue par Dieu. Et ils savent que cette mission dépend de leur condition même de chrétiens, pas nécessairement d'un mandat de la hiérarchie, bien qu'ils doivent, évidemment, la remplir en union avec la hiérarchie ecclésiastique et selon les enseignements du magistère ; sans union avec le corps épiscopal et avec sa tête, le souverain pontife, il ne peut y avoir, pour un catholique, d'union avec le Christ.

La façon spécifique dont les laïcs ont à contribuer à la sainteté et à l'apostolat de l'Église est l'action libre et responsable au sein des structures temporelles, en y portant le ferment du message chrétien. Le témoignage de vie chrétienne, la parole qui éclaire au nom de Dieu, et l'action responsable, de manière à servir les autres en contribuant à la solution des problèmes communs, voilà autant de manifestations de cette présence par laquelle le chrétien ordinaire accomplit sa mission divine.

Depuis de très nombreuses années, depuis la date même de la fondation de l'Opus Dei, j'ai médité et fait méditer les paroles du Christ que nous rapporte saint Jean : et ego, si exaltatus fuero a terra, omnia traham ad meipsum (Jn 12, 32). Le Christ, en mourant sur la Croix, attire à Lui la création tout entière et, en son nom, les chrétiens, qui travaillent au milieu du monde, ont à réconcilier toutes les choses avec Dieu, et à placer le Christ au sommet de toutes les activités humaines.

Je voudrais ajouter qu'à côté de cette prise de conscience des laïcs, il se produit un développement analogue dans la sensibilité des pasteurs. Ils se rendent compte du caractère spécifique de la vocation laïque, qui doit être encouragée et favorisée au moyen d'une pastorale qui porte à découvrir, au sein du Peuple de Dieu, le charisme de la sainteté et de l'apostolat dans les formes infinies et très diverses sous lesquelles Dieu l'accorde.

Cette nouvelle pastorale est très exigeante, mais, à mon sens, absolument nécessaire. Elle requiert le don surnaturel du discernement des esprits, la sensibilité aux choses de Dieu, l'humilité qui consiste à ne pas imposer ses préférences personnelles et à aider ce que Dieu infuse dans les âmes. En un mot : l'amour de la liberté légitime des enfants de Dieu, qui trouvent le Christ, deviennent porteurs du Christ, et suivent des chemins très divers, mais tous également divins.

L'un des plus grands dangers qui menacent aujourd'hui l'Église pourrait bien être, justement, de ne pas reconnaître ces exigences divines de la liberté chrétienne, et, en se laissant aller à de fausses raisons d'efficacité, de prétendre imposer une uniformité aux chrétiens. À la base de cette attitude, il y a quelque chose non seulement de légitime, mais de louable : le désir que l'Église rende un témoignage tel qu'il émeuve le monde moderne. Je crains fort, néanmoins, que le chemin ne soit mauvais et qu'il n'aboutisse, d'une part, à compromettre la hiérarchie dans les questions temporelles pour ne déboucher alors que sur un cléricalisme différent, mais aussi néfaste que celui des siècles passés ; et, d'autre part, à isoler les laïcs, les chrétiens ordinaires, du monde où ils vivent, pour en faire les porte-parole des décisions ou des idées conçues en dehors de ce monde.

Il me semble qu'on nous demande, à nous les prêtres, l'humilité d'apprendre à ne pas être à la mode, d'être réellement les serviteurs des serviteurs de Dieu — nous souvenant de ce cri de Jean-Baptiste : illum oportet crescere, me autem minui (Jn 3, 30), il faut que lui grandisse et que moi, je décroisse — pour que les chrétiens ordinaires, les laïcs, rendent le Christ présent, dans tous les milieux de la société. La mission de répandre la doctrine, d'aider à pénétrer les exigences personnelles et sociales de l'Évangile, d'engager à discerner les signes des temps, c'est, et ce sera toujours, une des tâches fondamentales du prêtre. Mais tout travail sacerdotal doit s'accomplir dans le plus grand respect de la légitime liberté des consciences : chaque homme doit librement répondre à Dieu. Au surplus, tout catholique, outre l'aide que lui apporte le prêtre, reçoit lui aussi de Dieu des lumières propres, des grâces d'état qui lui permettent de remplir la mission spécifique dont il est chargé, en tant qu'homme et en tant que chrétien.

Si l'on croit que le clergé doit nécessairement parler et être toujours présent pour que la voix du Christ se fasse entendre dans le monde d'aujourd'hui, c'est qu'on n'a pas encore bien compris la dignité de la vocation divine de tous les fidèles et de chacun d'entre eux.


60

Dans ce cadre, quelle est la tâche qu'a développée et que développe l'Opus Dei ? Quels rapports de collaboration ses membres entretiennent-ils avec d'autres organisations qui travaillent dans ce domaine ?

— Il ne m'appartient pas de porter un jugement historique sur ce que l'Opus Dei a fait, avec la grâce de Dieu. Je ne puis dire qu'une chose : le but, auquel aspire l'Opus Dei, est de favoriser la recherche de la sainteté et l'exercice de l'apostolat parmi les chrétiens qui vivent au milieu du monde, quels que soient leur état et leur condition.

L'OEuvre est née pour contribuer à ce que ces chrétiens, insérés dans le tissu de la société civile — par leur famille, leurs amitiés, leur travail professionnel, leurs nobles aspirations —, comprennent que leur vie, telle qu'elle est, peut être l'occasion d'une rencontre avec le Christ, c'est-à-dire qu'elle est un chemin de sainteté et d'apostolat. Le Christ est présent à toute tâche humaine honnête : l'existence d'un chrétien ordinaire — qui paraît peut-être quelconque et mesquine à d'aucuns — peut et doit être une vie sainte et sanctifiante.

En d'autres termes : pour suivre le Christ, pour servir l'Église, pour aider les autres hommes à reconnaître leur destin éternel, il n'est pas indispensable de quitter le monde ou de s'en éloigner, pas plus que de se consacrer à une activité ecclésiastique ; la condition nécessaire et suffisante est d'accomplir la mission que Dieu nous a confiée à chacun, à l'endroit et dans le milieu fixés par sa Providence.

Et comme la plupart des chrétiens reçoivent de Dieu la mission de sanctifier le monde du dedans, en demeurant au milieu des structures temporelles, l'Opus Dei s'attache à leur faire découvrir cette mission divine, en leur montrant que la vocation humaine — la vocation professionnelle, familiale et sociale — ne s'oppose pas à la vocation surnaturelle ; bien au contraire, elle en est partie intégrante.

L'Opus Dei a pour mission unique et exclusive de diffuser ce message — qui est un message évangélique — parmi les gens qui vivent et travaillent dans la société, en quelque milieu et en quelque profession que ce soit. Et à ceux qui comprennent cet idéal de sainteté, l'OEuvre fournit les moyens spirituels et la formation doctrinale, ascétique et apostolique qui sont nécessaires pour l'atteindre.

Les membres de l'Opus Dei n'agissent pas en groupe, mais individuellement, dans la liberté et sous leur responsabilité personnelle. C'est pourquoi l'Opus Dei n'est pas une organisation fermée, ou qui rassemble ses membres de manière à les isoler des autres hommes. Ses tâches collectives, qui sont les seules que l'OEuvre dirige, sont ouvertes à tous, sans aucune discrimination sociale, culturelle ou religieuse. Et ses membres, précisément parce qu'ils doivent se sanctifier dans le monde, ne cessent de collaborer avec les gens avec lesquels ils sont en rapport par leur travail et leur participation à la vie civique.


61

Il est essentiel à l'esprit chrétien non seulement de vivre en union avec la hiérarchie ordinaire — souverain pontife et épiscopat — mais encore d'éprouver l'unité avec ses frères dans la foi. Il y a très longtemps que je le pense : l'un des plus grands maux de l'Église de nos jours est l'ignorance où sont de nombreux catholiques de ce que font et pensent les catholiques d'autres pays ou d'autres milieux sociaux. Il est nécessaire d'actualiser cette fraternité, que vivaient si profondément les premiers chrétiens. Ainsi nous sentirons-nous unis, tout en aimant la variété des vocations personnelles ; et l'on évitera bien des jugements injustes et offensants, que certains petits groupes propagent — au nom du catholicisme — contre leurs frères dans la foi, qui travaillent en réalité avec droiture et dans un esprit de sacrifice, suivant les circonstances particulières de leur pays.

Il importe que chacun s'efforce d'être fidèle à l'appel divin qui lui est fait, de manière à ne pas manquer d'apporter à l'Église ce qu'implique le charisme qu'il a reçu de Dieu. Le propre des membres de l'Opus Dei — chrétiens ordinaires — est de sanctifier le monde du dedans, en participant aux tâches humaines les plus diverses. Comme leur appartenance à l'OEuvre ne change en rien leur position dans le monde, ils collaborent, de la manière appropriée à chaque cas, aux célébrations religieuses collectives, à la vie paroissiale, etc. En ce sens également, ce sont des citoyens ordinaires, qui veulent être de bons catholiques.

Néanmoins, les membres de l'OEuvre ne se consacrent pas d'habitude à des activités confessionnelles. Ce n'est que dans des cas exceptionnels, quand la hiérarchie le demande expressément, que tel ou tel d'entre eux collabore à des travaux ecclésiastiques. Il n'y a, dans cette attitude, aucun désir de se distinguer, ni moins encore de dédain à l'égard des activités confessionnelles, mais simplement la volonté de se dédier à ce qui est le propre de la vocation de l'Opus Dei. Il y a déjà beaucoup de religieux et de prêtres séculiers, et aussi beaucoup de laïcs pleins de zèle, qui se vouent à ces activités et leur consacrent le meilleur de leurs efforts.

Le propre des membres de l'OEuvre, la tâche à laquelle ils se savent appelés par Dieu, sont tout autres. Dans l'appel universel à la sainteté, le membre de l'Opus Dei reçoit en outre, et en particulier, l'appel à se dédier, librement et en toute responsabilité, à la recherche de la sainteté et à la pratique de l'apostolat au milieu du monde, et il s'engage à vivre un esprit spécifique et à suivre, au cours de toute son existence, une formation particulière. Si les membres de l'Opus Dei se désintéressaient de leur travail dans le monde, pour s'occuper de tâches ecclésiastiques, ils rendraient inefficaces les dons divins qu'ils ont reçus et, dans l'illusion d'une efficacité pastorale immédiate, ils causeraient un réel dommage à l'Église : parce qu'il n'y aurait pas autant de chrétiens appliqués à se sanctifier dans toutes les professions et dans tous les métiers de la société civile, dans le champ immense du travail séculier.

En outre, l'impérieuse nécessité d'une formation professionnelle continue et de la formation religieuse, jointe au temps consacré personnellement à la piété, à la prière et à l'accomplissement des devoirs d'état dans l'abnégation, requiert toutes les heures de l'existence ; il n'en reste aucune de libre.


62

Nous savons que des hommes et des femmes de toutes les conditions sociales, célibataires ou mariés, appartiennent à l'Opus Dei. Quel est donc l'élément commun qui caractérise la vocation à l'OEuvre ? Quels engagements chaque membre prend-il en vue de réaliser les buts de l'Opus Dei ?

— Je vais vous le dire en quelques mots : chercher la sainteté au milieu du monde, dans la vie courante. Qui reçoit de Dieu la vocation spécifique à l'Opus Dei sait et « vit » ceci : il doit atteindre la sainteté dans son état personnel, dans l'exercice de son travail, manuel ou intellectuel. J'ai dit sait et « vit », parce qu'il ne s'agit pas d'accepter un simple postulat théorique, mais de le réaliser, jour après jour, dans la vie ordinaire.

Vouloir atteindre la sainteté — en dépit des erreurs et des misères personnelles, qui dureront aussi longtemps que nous —, cela signifie s'efforcer, avec la grâce de Dieu, de vivre la charité, plénitude de la foi et lien de la perfection. La charité n'est pas une chose abstraite ; elle veut dire s'engager réellement et totalement au service de Dieu et de tous les hommes ; de ce Dieu, qui nous parle dans le silence de la prière et dans le bruit du monde ; de ces hommes, dont l'existence s'entrecroise avec la nôtre.

En vivant la charité — l'Amour —, on vit toutes les vertus humaines et surnaturelles du chrétien, qui forment une unité et qu'on ne saurait réduire à des énumérations exhaustives. La charité exige que l'on vive la justice, la solidarité, la responsabilité familiale et sociale, la pauvreté, la joie, la chasteté, l'amitié

On voit aussitôt que la pratique de ces vertus porte à l'apostolat. Mieux encore : elle est déjà apostolat. Car, en s'efforçant de vivre ainsi au sein du travail quotidien, le chrétien, par sa conduite, donne le bon exemple, devient un témoignage, une aide concrète et efficace ; on apprend à suivre les traces du Christ qui coepit facere et docere (Ac 1, 1), qui commença à faire et à enseigner, joignant l'exemple à la parole. C'est pourquoi voici quarante ans que j'appelle ce travail apostolat d'amitié et de confidence.

Tous les membres de l'Opus Dei éprouvent ce même besoin de sainteté et d'apostolat. C'est aussi pourquoi, dans l'OEuvre, il n'y a ni grades ni catégories entre les membres. Ce qu'il y a, c'est une multiplicité de situations personnelles — la situation que chacun occupe dans le monde — auxquelles s'accommode une seule et même vocation spécifique et divine : l'appel à se donner, à s'engager personnellement, en toute liberté et sous sa propre responsabilité, dans l'accomplissement de la volonté de Dieu manifestée à chacun d'entre nous.

Comme vous pouvez le voir, le phénomène pastoral de l'Opus Dei naît d'en bas, c'est-à-dire du sein de la vie ordinaire du chrétien qui vit et travaille à côté des autres hommes. Il n'est pas dans la ligne d'une « mondanisation » — désacralisation — de la vie monastique ou religieuse. Ce n'est pas le dernier stade du rapprochement des religieux avec le monde.

Celui qui reçoit la vocation à l'Opus Dei acquiert une vue nouvelle des choses qui l'entourent : lumières nouvelles dans ses rapports sociaux, dans sa profession, dans ses préoccupations, dans ses tristesses et dans ses joies. Mais pas un moment il ne cesse de vivre au milieu de tout cela ; et l'on ne saurait en aucune manière parler d'adaptation au monde ou à la société moderne : on ne s'adapte pas à ce que l'on a en propre, on y est. La vocation reçue est pareille à celle qui naît dans l'âme de ces pêcheurs, paysans, commerçants ou soldats qui, assis près de Jésus en Galilée, l'entendaient dire : Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait (Mt 5, 48).

Je le répète, cette sainteté — que recherche le membre de l'Opus Dei — est la sainteté propre au chrétien, sans plus : c'est-à-dire celle à laquelle tout chrétien est appelé et qui implique que l'on obéisse intégralement aux exigences de la foi. La perfection évangélique ne nous intéresse pas : elle est considérée comme le propre des religieux et de certaines institutions assimilées aux religieux ; et beaucoup moins encore ce qu'on appelle la vie de perfection évangélique, qui se réfère canoniquement à l'état religieux.

Le chemin de la vocation religieuse me semble béni et nécessaire dans l'Église, et qui ne l'estimerait point n'aurait pas l'esprit de l'OEuvre. Mais ce chemin n'est pas le mien, ni celui des membres de l'Opus Dei. On peut dire qu'en venant à l'OEuvre, tous et chacun d'eux l'ont fait à la condition expresse de ne pas changer d'état. Le caractère qui nous est spécifique est de sanctifier notre état personnel dans le monde et, pour chacun des membres de se sanctifier au lieu même de sa rencontre avec le Christ : tel est l'engagement que prend chaque membre en vue de réaliser les fins de l'Opus Dei.


63

Comment l'Opus Dei est-il organisé ?

— Si la vocation à l'OEuvre, comme je viens de le dire, touche l'homme ou la femme dans sa vie normale au milieu de son travail, vous comprendrez que l'Opus Dei n'est pas édifié sur des comités, des assemblées, des rencontres, etc. Je suis allé parfois, à l'étonnement de certains, jusqu'à dire que l'Opus Dei, en ce sens, est une organisation désorganisée. La majorité des membres — leur presque totalité — vivent pour leur propre compte, à l'endroit où ils vivraient s'ils n'appartenaient pas à l'Opus Dei : chez eux, avec leur famille, au lieu même où ils accomplissent leur travail.

Et là où il se trouve, chaque membre de l'OEuvre remplit la fin de l'Opus Dei : s'efforcer d'être saint, en faisant de sa vie un apostolat quotidien, courant, minime si l'on veut, mais persévérant et divinement efficace. Là est l'important ; et pour nourrir cette vie de sainteté et d'apostolat, chacun reçoit de l'Opus Dei l'aide spirituelle nécessaire, le conseil, l'orientation. Mais uniquement et strictement dans ce qui est d'ordre spirituel. Pour tout le reste — travail, relations sociales, etc. — chacun se conduit comme il l'entend, sachant qu'il ne s'agit pas d'un terrain neutre, mais d'une matière sanctifiante, sanctifiable et d'un moyen d'apostolat.

Ainsi, ils vivent tous leur vie propre, avec les rapports et les obligations qui en découlent, et ils s'adressent à l'OEuvre pour en recevoir une aide spirituelle. Cela exige une certaine structure mais toujours très réduite ; on recourt aux moyens qu'il faut pour qu'elle se limite à ce qui est absolument indispensable. On organise une formation religieuse doctrinale, qui dure toute la vie, et incite à une piété active, sincère et authentique, et à une ferveur qui implique nécessairement l'oraison continuelle du contemplatif et la tâche apostolique, personnelle et responsable, exempte de toute espèce de fanatisme.

Tous les membres savent, en outre, où ils peuvent trouver un prêtre appartenant à l'OEuvre avec qui ils pourront aborder les questions de conscience. Certains d'entre eux — fort peu nombreux par rapport à la totalité — vivent ensemble, de manière à diriger un travail apostolique ou pour assurer l'assistance spirituelle des autres ; ils forment alors un foyer ordinaire de famille chrétienne, et continuent d'exercer en même temps leurs professions respectives.

Il existe dans chaque pays un gouvernement régional — à caractère toujours collégial — présidé par un conseiller ; et à Rome un gouvernement central — composé d'hommes de professions et de nationalités très diverses. L'Opus Dei est divisé en deux sections, l'une pour les hommes et l'autre pour les femmes, qui sont absolument indépendantes, au point de constituer deux associations distinctes, qui ne sont unies qu'en la personne du Président général.

Vous voyez clairement, je l'espère, ce que veut dire organisation désorganisée : on y accorde la primauté à l'esprit sur l'organisation ; la vie des membres n'est pas corsetée par des consignes, des plans et des réunions. Chacun est libre. Uni aux autres par un esprit commun et un commun désir de sainteté et d'apostolat, il essaie de sanctifier sa propre vie ordinaire.


64

Certains ont fait, parfois, de l'Opus Dei une organisation d'aristocratie intellectuelle, qui désire pénétrer dans les milieux politiques, économiques et culturels les plus éminents, en vue de les contrôler du dedans, fût-ce dans de bonnes intentions. Est-ce vrai ?

— Presque toutes les institutions qui ont apporté un message nouveau, ou qui se sont efforcées de servir sérieusement l'humanité en vivant pleinement le christianisme, ont souffert de l'incompréhension, surtout à leurs débuts. C'est ce qui explique que, de prime abord, certains n'aient pas compris l'apostolat des laïcs dont l'Opus Dei pratiquait et proclamait la doctrine.

Je dois dire également — encore que je n'aime guère parler de ces choses — que, dans notre cas, il y eut même une campagne de calomnies organisée et persistante. D'aucuns ont prétendu que nous travaillions en secret — c'est peut-être ce qu'ils faisaient eux-mêmes —, que nous aspirions à occuper des postes élevés, etc. Je peux vous dire, très précisément, qui a déclenché cette campagne, il y a environ trente ans : c'est un religieux espagnol qui, par la suite, a quitté son ordre et l'Église, a contracté un mariage civil et est maintenant pasteur protestant.

La calomnie, une fois lancée, poursuit sa course, en raison de la force acquise, pendant un certain temps ; parce qu'il y a des gens qui écrivent sans s'informer et parce que tout le monde n'est pas semblable aux journalistes compétents qui ne se croient pas infaillibles, et qui ont la noblesse de rectifier quand ils découvrent la vérité. Et c'est ce qui s'est passé, bien que ces calomnies aient été démenties par une réalité que tout le monde a pu vérifier, outre qu'elles sont à première vue déjà invraisemblables. Il suffit de dire que les racontars auxquels vous faites allusion ne concernent que l'Espagne ; et penser qu'une institution internationale comme l'Opus Dei gravite autour des problèmes d'un seul pays serait simplement faire preuve d'étroitesse de vue et de provincialisme.

Par ailleurs, la plupart des membres de l'Opus Dei — en Espagne et dans tous les pays — sont des ouvriers, des ménagères, des petits commerçants, des employés, des paysans, etc. ; des gens dont la tâche n'a aucun poids politique ou social particulier. Qu'il y ait, parmi les membres de l'Opus Dei, un grand nombre d'ouvriers, voilà qui ne retient pas l'attention ; mais qu'il s'y trouve tel ou tel homme politique, alors oui ! En réalité, pour moi la vocation d'un porteur de bagages est aussi importante que celle d'un directeur d'entreprise. La vocation, c'est Dieu qui l'accorde, et, dans les oeuvres de Dieu, il n y a pas lieu à discriminations, et moins encore si elles sont démagogiques.

Ceux qui ne songent, en voyant travailler les membres de l'Opus Dei dans les domaines les plus divers de l'activité humaine, qu'à des influences ou à des contrôles présumés, ceux-là prouvent qu'ils ont une piètre conception de la vie chrétienne. L'Opus Dei ne contrôle et ne prétend contrôler aucune activité temporelle : il veut simplement diffuser le message évangélique, suivant lequel Dieu demande à tous les hommes qui vivent dans le monde de L'aimer et de Le servir en se fondant précisément sur leurs activités terrestres. En conséquence, les membres de l'OEuvre, qui sont des chrétiens ordinaires, travaillent là où il leur semble bon et de la façon qui leur paraît la meilleure ; l'OEuvre ne s'occupe que de les aider spirituellement afin qu'ils agissent toujours selon la conscience chrétienne.


65

Mais parlons plus précisément du cas de l'Espagne. Les quelques membres de l'Opus Dei qui occupent, dans ce pays, des postes socialement importants ou qui interviennent dans la vie publique, le font — comme dans toute autre nation — librement et sous leur propre responsabilité, chacun agissant selon sa conscience personnelle. Cela explique que, dans l'ordre pratique, ils aient adopté des attitudes fort diverses, voire opposées, en de nombreuses occasions.

Je tiens à souligner, en outre, que signaler la présence de membres de l'Opus Dei dans la sphère politique espagnole, comme s'il s'agissait d'un phénomène particulier, est une déformation de la réalité qui débouche sur la calomnie. Les membres de l'Opus Dei qui participent à la vie publique espagnole ne sont qu'une minorité en comparaison avec l'ensemble des catholiques qui interviennent activement dans ce secteur. La population espagnole étant presque entièrement catholique, il est statistiquement logique que ceux qui participent à la vie politique soient catholiques. De plus, à tous les échelons de l'administration publique espagnole — depuis les ministres jusqu'aux maires — les catholiques abondent, qui sortent des associations les plus diverses : certaines branches de l'Action catholique, l'Association catholique nationale de propagandistes, dont le premier président fut l'actuel cardinal Herrera, les congrégations mariales, etc.

Je ne veux pas m'étendre davantage sur ce sujet, mais je saisis l'occasion qui m'est offerte pour déclarer, une fois de plus, que l'Opus Dei n'est lié à aucun pays, à aucun régime, à aucune tendance politique, à aucune idéologie. Et que ses membres agissent toujours, dans les questions temporelles, en toute liberté, qu'ils connaissent leurs responsabilités et qu'ils repoussent sans l'ombre d'une hésitation toute tentative de se servir de la religion au bénéfice de positions politiques et d'intérêts de parti.

Les choses simples sont parfois difficiles à expliquer. C'est pourquoi j'ai répondu assez longuement à votre question. Notez bien, de toute manière, que les racontars dont nous parlons sont maintenant de l'histoire ancienne. Ces calomnies sont depuis longtemps discréditées, plus personne n'y croit. Dès le premier instant, nous avons agi en pleine lumière — il n'y avait aucun motif de faire autrement — et défini clairement la nature et les buts de notre apostolat, et tous ceux qui l'ont voulu ont pu connaître la réalité. En fait, très nombreux sont ceux — catholiques et non-catholiques, chrétiens et non-chrétiens — qui regardent notre travail avec estime et affection et y collaborent.


66

D'autre part, l'histoire de l'Église progresse et a permis de dépasser un certain cléricalisme, qui tend à défigurer tout ce qui concerne les laïcs et à leur attribuer des arrière-pensées. Il est devenu plus facile, aujourd'hui, de comprendre que l'Opus Dei pratiquait et proclamait, ni plus ni moins, la vocation divine du chrétien ordinaire, animé d'une volonté surnaturelle bien précise.

J'espère qu'un jour viendra où la formule : les catholiques pénètrent dans les milieux sociaux, cessera d'avoir cours et que tout le monde s'apercevra que c'est là une expression cléricale. En tout cas, elle ne s'applique en rien à l'apostolat de l'Opus Dei. Les membres de l'OEuvre n'ont nul besoin de pénétrer dans les structures temporelles, pour la simple raison qu'ils y sont déjà, étant des citoyens ordinaires et pareils aux autres.

Si Dieu appelle à l'Opus Dei quelqu'un qui travaille dans une usine ou dans un hôpital, ou au Parlement, cela veut dire que, désormais, ce quelqu'un sera décidé à employer les moyens qu'il faut pour sanctifier, avec la grâce de Dieu, cette profession. Ce n'est là que la prise de conscience des exigences foncières du message évangélique, conformément à la vocation spécifique reçue.

Penser qu'une telle prise de conscience signifie l'abandon de la vie normale n'est une idée légitime que si l'on reçoit de Dieu la vocation religieuse, avec son contemptus mundi, avec le mépris ou le dédain des choses de ce monde ; mais vouloir faire de cet abandon du monde l'essence ou le sommet du christianisme, c'est de toute évidence une énormité.

Ce n'est donc pas l'Opus Dei qui introduit ses membres dans certains milieux ; ils s'y trouvaient déjà, je le répète, et ils n'ont aucune raison d'en sortir. En outre, les vocations à l'Opus Dei — qui naissent de la grâce de Dieu et de cet apostolat de l'amitié et de la confidence, dont je parlais tout à l'heure — apparaissent dans tous les milieux.

Peut-être la simplicité même de l'Opus Dei, de sa nature et de la façon dont il agit, est-elle une difficulté pour ceux qui sont pleins de complications et qui semblent incapables de comprendre ce qui est authentique et droit.

Naturellement, il y aura toujours des gens qui n'entendront rien à l'essence de l'Opus Dei, et cela ne saurait nous étonner, puisque le Seigneur a déjà prévenu les siens de cette difficulté, en leur expliquant que non est discipulus super Magistrum (Mt 10, 24), le disciple n'est pas au-dessus du maître. Nul ne peut prétendre à ce que tout le monde l'apprécie, encore que chacun ait le droit d'être respecté par tous en tant que personne et fils de Dieu. Par malheur, il y a des fanatiques qui veulent imposer leurs idées sur un mode totalitaire, et ceux-là ne saisiront jamais l'amour que les membres de l'Opus Dei ont de la liberté personnelle des autres, puis de leur propre liberté, toujours sous leur propre responsabilité.

Je me rappelle une anecdote très significative. Dans une ville, dont il serait indélicat de citer le nom, le conseil municipal délibérait sur le point de savoir s'il convenait d'accorder une subvention à telle oeuvre éducative que dirigeaient des membres de l'Opus Dei et qui, comme toutes les oeuvres collectives que l'Opus Dei réalise, remplissait nettement une fonction d'utilité sociale. La plupart des conseillers étaient en faveur de la subvention. Et, pour expliquer son attitude, l'un deux, socialiste, déclarait qu'il avait personnellement observé le travail qu'on faisait dans ce centre : « Ce qui en caractérise l'activité, dit-il, c'est que ceux qui la dirigent sont très respectueux de la liberté personnelle. Il y a, dans cette résidence, des étudiants de toutes les religions et de toutes les idéologies. » Les conseillers communistes votèrent contre. Et l'un d'eux, pour justifier son vote négatif, dit aux socialistes : « J'ai voté contre parce que, si les choses sont comme vous le dites, cette résidence constitue une propagande efficace pour le catholicisme. »

Celui qui ne respecte pas la liberté des autres, ou désire s'opposer à l'Église, ne saurait apprécier un travail apostolique. Mais même dans ce cas, moi, en tant qu'homme, je suis tenu de le respecter et de m'efforcer de le mettre sur la voie de la vérité ; et en tant que chrétien, obligé de l'aimer et de prier pour lui.


67

Ce point éclairci, je voudrais vous demander quelles sont, dans la formation spirituelle des membres, les caractéristiques grâce auxquelles toute espèce d'intérêt temporel est exclue du fait d'appartenir à l'Opus Dei ?

— Tout intérêt qui n'est pas purement spirituel est radicalement exclu, parce que l'OEuvre exige beaucoup — détachement, sacrifice, abnégation, travail sans repos au service des âmes — et ne donne rien. Je veux dire qu'elle ne donne rien dans l'ordre des intérêts temporels ; car, au plan de la vie spirituelle, elle donne beaucoup : elle donne les moyens de lutter et de vaincre dans le combat ascétique, elle conduit dans les voies de la prière, elle enseigne à traiter Jésus comme un frère, à voir Dieu dans toutes les circonstances de la vie, à se sentir fils de Dieu et donc fils engagé à répandre sa doctrine.

Si l'on ne progresse pas dans le chemin de la vie intérieure, au point de comprendre qu'il vaut la peine de se donner entièrement, de mettre sa propre vie au service du Seigneur, on ne saurait persévérer dans l'Opus Dei, car la sainteté n'est pas une étiquette, c'est une profonde exigence.

D'autre part, il n'y a aucune activité de l'Opus Dei qui ait des buts politiques, économiques ou idéologiques : nulle action temporelle. Ses seules activités sont la formation surnaturelle de ses membres et les oeuvres d'apostolat, c'est-à-dire une attention spirituelle continuellement portée sur chacun de ses membres et les oeuvres collectives apostoliques, d'assistance, de bienfaisance, d'éducation, etc.

Les membres de l'Opus Dei se sont unis dans le seul but de suivre un chemin de sainteté bien défini, et de collaborer à certaines oeuvres d'apostolat. Ces engagements réciproques excluent toute espèce d'intérêts terrestres, pour la simple raison que dans ce domaine tous les membres de l'Opus Dei sont libres, de sorte que chacun suit sa propre voie, à des fins et pour des intérêts différents, voire opposés.

L'OEuvre ayant un objectif exclusivement divin, son esprit est un esprit de liberté, d'amour pour la liberté personnelle de tous les hommes. Et comme cet amour de la liberté est sincère et n'est pas un simple énoncé théorique, nous aimons la conséquence nécessaire de cette liberté : c'est-à-dire le pluralisme. Dans l'Opus Dei le pluralisme est voulu et aimé, non pas simplement toléré et en aucune façon entravé. Quand j'observe, parmi les membres de l'OEuvre, tant d'idées diverses, tant d'attitudes divergentes — concernant les questions politiques, économiques, sociales ou artistiques, etc. — je m'en réjouis, car c'est le signe que tout fonctionne à la face de Dieu comme il se doit.

Unité spirituelle et diversité dans les choses temporelles sont compatibles, quand ne règnent ni le fanatisme ni l'intolérance et, surtout, quand on vit de foi et que l'on sait que les hommes sont unis non par de simples liens de sympathie ou d'intérêt, mais par l'action d'un même Esprit qui nous rend frères du Christ et nous conduit vers Dieu le Père.

Un véritable chrétien ne pense jamais que l'unité dans la foi, la fidélité au magistère et à la Tradition de l'Église, et le souci de faire parvenir aux autres la parole salvatrice du Christ, s'opposent à la diversité d'attitudes dans les choses que Dieu a laissées, comme on a coutume de dire, à la libre discussion des hommes. Mieux encore, il est pleinement conscient que cette variété fait partie du plan divin, est voulue par Dieu qui répartit ses dons et ses lumières comme Il l'entend. Le chrétien doit aimer les autres, et, par conséquent, respecter les opinions contraires aux siennes et vivre en toute fraternité avec ceux qui pensent autrement.

C'est précisément parce que les membres de l'OEuvre ont été formés dans cet esprit que nul ne songe — c'est impossible — à tirer parti de son appartenance à l'Opus Dei pour obtenir des avantages personnels, ou pour tâcher d'imposer aux autres des options politiques ou culturelles. Les autres ne le toléreraient pas et ils pousseraient l'indélicat à changer d'attitude ou à quitter l'OEuvre. C'est là un point sur lequel personne, dans l'Opus Dei, ne pourra jamais permettre le moindre écart, car chacun doit défendre non seulement sa propre liberté, mais encore la nature surnaturelle du travail auquel il s'est donné. Voilà pourquoi je pense que la liberté et la responsabilité personnelle sont les meilleures garanties de la finalité surnaturelle de l'OEuvre de Dieu.


68

On peut penser, sans doute, que, jusqu'à présent, l'Opus Dei a été favorisé par l'enthousiasme des premiers membres, même s'ils sont déjà plusieurs milliers. Existe-t-il quelque mesure qui assure la continuité de l'OEuvre contre le risque, naturel à toute institution, d'un éventuel refroidissement de la ferveur et de l'impulsion initiales ?

— L'OEuvre ne se fonde pas sur l'enthousiasme, mais sur la foi. Les années du début — de longues années — furent très dures et l'on n'y voyait que difficultés. L'Opus Dei est allé de l'avant par la grâce divine, ainsi que par la prière et le sacrifice des premiers membres, en l'absence de tout recours humain. Il n'y avait que jeunesse, bonne humeur et désir d'accomplir la volonté de Dieu.

Dès le début, l'arme de l'Opus Dei a été la prière, la vie offerte, le renoncement silencieux à tout égoïsme, pour le service des âmes. Comme je le disais tout à l'heure, on vient à l'Opus Dei recevoir un esprit qui induit précisément à tout donner, sans cesser de travailler professionnellement par amour pour Dieu et, à travers Lui, pour ses créatures.

La garantie qu'un refroidissement ne se produira pas et que mes fils ne perdront jamais cet esprit ? Je sais que les oeuvres humaines s'usent avec le temps ; mais cela ne se produit pas pour les oeuvres divines, à moins que les hommes ne les avilissent. C'est lorsqu'on perd l'impulsion divine qu'apparaissent la corruption, la décadence, et alors seulement. Dans notre cas, l'intervention de la Providence est clairement visible, qui a fait — en si peu de temps, quarante années — que cette vocation divine spécifique soit reçue et exercée, parmi les citoyens ordinaires, pareils aux autres, dans des nations si diverses.

L'Opus Dei a pour fin, je le répète une fois de plus, la sainteté de chacun de ses membres, hommes et femmes, au lieu même qu'ils occupaient dans la société. Si l'on ne vient pas à l'Opus Dei pour devenir saint, en dépit de ses faiblesses — c'est-à-dire en dépit de ses propres misères, de ses erreurs personnelles —, on en sortira aussitôt. Je pense que la sainteté appelle la sainteté, et je demande à Dieu que cette conviction profonde, cette vie de foi ne fassent jamais défaut dans l'Opus Dei. Comme vous le voyez, nous ne nous fions pas exclusivement à des garanties humaines ou juridiques. Les oeuvres que Dieu inspire évoluent au rythme de la grâce. La seule recette que j'aie, la voici : être saints, vouloir être saints, d'une sainteté personnelle.


69

Pourquoi y a-t-il des prêtres dans une institution nettement laïque comme l'Opus Dei ? Tout membre de l'Opus Dei peut-il devenir prêtre, ou seulement ceux qui sont choisis par les directeurs ?

— Quiconque veut se sanctifier dans son propre état peut recevoir la vocation à l'Opus Dei, que l'on soit célibataire, marié ou veuf ; que l'on soit laïc ou prêtre séculier.

C'est pourquoi des prêtres diocésains s'associent également à l'Opus Dei et ils restent prêtres diocésains, puisque l'OEuvre les aide à chercher la plénitude de la vie chrétienne, celle qui est propre à leur état, grâce à la sanctification de leur travail ordinaire, qui est précisément le ministère sacerdotal au service de leur évêque, du diocèse et de l'Église entière. Dans leur cas non plus, le lien qui les unit à l'Opus Dei ne modifie pas leur condition : ils continuent à se dédier pleinement aux missions que leur confie leur Ordinaire et aux autres apostolats et activités qu'ils doivent accomplir, sans que jamais l'OEuvre n'interfère dans ces tâches et ils se sanctifient en pratiquant le plus parfaitement possible les vertus propres au sacerdoce.

Outre les prêtres, qui s'associent à l'Opus Dei après avoir reçu les ordres sacrés, il y a, dans l'OEuvre, des prêtres séculiers qui ont reçu le sacrement de l'ordre, une fois entrés dans l'Opus Dei, auquel ils adhéraient, donc, alors qu'ils étaient encore des laïcs, des chrétiens ordinaires. Ils ne sont qu'un nombre très restreint, par comparaison avec l'ensemble des membres — ils n'atteignent pas deux pour cent — et ils se consacrent à servir les fins apostoliques de l'Opus Dei par le ministère sacerdotal, en renonçant plus ou moins, selon le cas, à la profession civile qu'ils exerçaient. Ce sont, en effet, des hommes de diverses professions ou des travailleurs appelés au sacerdoce après avoir acquis une compétence professionnelle et avoir exercé leur métier durant des années, en tant que médecin, ingénieur, mécanicien, paysan, instituteur, journaliste, etc. Ils font en outre, sans hâte, des études approfondies dans les disciplines ecclésiastiques appropriées, jusqu'à l'obtention d'un doctorat. Et cela, sans perdre la mentalité caractéristique de leur profession civile et de leur milieu ; de sorte que, lorsqu'ils reçoivent les ordres sacrés, ils sont médecins-prêtres, avocats-prêtres, ouvriers-prêtres, etc.

Leur présence est nécessaire à l'apostolat de l'Opus Dei. Cet apostolat, ce sont les laïcs essentiellement qui l'exercent, comme je l'ai dit. Chaque membre s'efforce d'être apôtre dans le milieu où s'inscrit son travail, et de rapprocher les âmes du Christ par l'exemple et la parole : le dialogue. Mais dans l'apostolat, en conduisant les âmes dans les voies de la vie chrétienne, on aboutit au mur sacramentel. La fonction sanctifiante du laïc a besoin de la fonction sanctifiante du prêtre, qui administre le sacrement de la pénitence, célèbre l'Eucharistie et proclame la parole de Dieu au nom de l'Église. Et comme l'apostolat de l'Opus Dei présuppose une spiritualité spécifique, il est indispensable que le prêtre soit également un vivant témoignage de cet esprit particulier.

Outre le service qu'ils rendent aux autres membres de l'OEuvre, ces prêtres peuvent être, et sont en fait, au service de beaucoup d'autres âmes. Le zèle sacerdotal qui les inspire doit être tel que nul ne passe à côté d'eux sans recevoir un peu de la lumière du Christ. Mieux encore, l'esprit de l'Opus Dei, qui ne connaît ni chapelles ni distinctions, les induit à se sentir intimement et efficacement unis à leurs frères, les autres prêtres séculiers ; ils se sentent, et sont en fait, prêtres diocésains dans tous les diocèses où ils travaillent et qu'ils tâchent de servir avec persévérance et efficacité.

Je désire faire observer, car c'est une réalité très importante, que les membres laïcs de l'Opus Dei qui reçoivent les ordres sacerdotaux ne changent pas de vocation. Quand ils embrassent le sacerdoce, répondant librement à l'invitation des directeurs de l'OEuvre, ils ne le font pas dans l'esprit de s'unir ainsi plus étroitement à Dieu et ils ne tendent pas plus efficacement à la sainteté : ils savent parfaitement que la vocation laïque est pleine et complète en soi, que leur don à Dieu dans l'Opus Dei était, dès le premier instant, un chemin clair, leur permettant d'atteindre la perfection chrétienne. L'ordination n'est donc, en aucune manière, une espèce de couronnement de la vocation à l'Opus Dei : c'est un appel adressé à certains, pour qu'ils servent les autres d'une façon nouvelle. Par ailleurs, dans l'OEuvre, il n'y a pas deux classes de membres, prêtres et laïcs : tous sont, et se sentent, égaux, et tous vivent le même esprit : la sanctification dans leur propre état.


70

Vous avez parlé fréquemment du travail : pourriez-vous dire quel rang le travail occupe dans la spiritualité de l'Opus Dei ?

— La vocation à l'Opus Dei ne change, ni ne modifie en aucune façon la condition, l'état de vie, de celui qu'elle touche. Et comme la condition humaine est le travail, la vocation surnaturelle à la sainteté et à l'apostolat, selon l'esprit de l'Opus Dei, confirme la vocation humaine au travail. L'immense majorité des membres de l'OEuvre sont des laïcs, des chrétiens ordinaires ; leur condition est celle de gens qui exercent une profession, un métier, une occupation, souvent absorbants, grâce auxquels ils gagnent leur vie, entretiennent leur famille, contribuent au bien commun, développent leur personnalité.

La vocation à l'Opus Dei vient confirmer tout cela ; c'est au point que l'un des signes essentiels de cette vocation est précisément de vivre dans le monde et d'y accomplir un travail — en tenant compte, je le redis, des imperfections personnelles de chacun — de la manière la plus parfaite possible, tant du point de vue humain que du point de vue surnaturel. C'est-à-dire un travail qui contribue efficacement à l'édification de la cité terrestre— et qui est, par conséquent, exécuté avec compétence et dans un esprit de service — et à la consécration du monde, et qui, donc, est sanctifiant et sanctifié.

Ceux qui veulent vivre parfaitement leur foi et pratiquer l'apostolat selon l'esprit de l'Opus Dei, doivent se sanctifier grâce à la profession, sanctifier la profession et sanctifier les autres par la profession. En vivant de la sorte, sans se distinguer par conséquent des autres citoyens, en étant pareils à ceux qui travaillent à leurs côtés, ils s'efforcent de s'identifier au Christ et ils imitent ses trente années de travail dans l'atelier de Nazareth.

Car cette tâche ordinaire n'est pas seulement le milieu dans lequel ils ont à se sanctifier, mais la matière même de leur sainteté : parmi les incidents de la journée, ils découvrent la main de Dieu et trouvent un stimulant à leur vie de prière. L'occupation professionnelle elle-même le met en contact avec d'autres personnes — parents, amis, collègues — et avec les grands problèmes qui affectent leur société ou le monde entier, et elle leur offre ainsi l'occasion de faire le don de soi au service des autres qui est essentiel aux chrétiens. Ainsi doivent-ils s'efforcer de rendre un véritable et authentique témoignage du Christ, pour que tout le monde apprenne à connaître et à aimer le Seigneur, à découvrir que la vie normale dans le monde et le travail quotidien peuvent être une occasion de rencontre avec Dieu.

En d'autres termes, la sainteté et l'apostolat ne font qu'une seule et même chose avec la vie des membres de l'OEuvre, et c'est pourquoi le travail est le pivot de leur vie spirituelle. Leur don à Dieu se greffe sur le travail, qu'ils exerçaient avant d'entrer à l'OEuvre et qu'ils continuent d'exercer après.

Quand j'ai commencé, dès les premières années de mon activité pastorale, à prêcher de la sorte, certains ne m'ont pas compris, d'autres furent scandalisés : ils étaient accoutumés à entendre parler du monde dans un sens péjoratif. Le Seigneur m'avait fait comprendre, et j'essayais de le faire comprendre aux autres, que le monde est bon, parce que les oeuvres de Dieu sont toujours parfaites, et que c'est nous les hommes qui rendons le monde mauvais par le péché.

Je disais alors, et je continue à dire aujourd'hui, que nous devons aimer le monde, parce que, dans le monde, nous trouvons Dieu, parce que, dans les incidents et les événements du monde, Dieu se manifeste et se révèle à nous.

Le mal et le bien se mêlent dans l'histoire humaine, et le chrétien doit donc être une créature qui sache discerner ; mais jamais ce discernement ne peut l'induire à nier la bonté des oeuvres de Dieu ; il lui faut, au contraire, reconnaître le divin qui se manifeste dans l'humain, jusque sous nos propres faiblesses. Une bonne devise pour la vie chrétienne peut se trouver dans les paroles de l'Apôtre : Tout est à vous ; mais vous êtes au Christ et le Christ est à Dieu (1 Co 3, 23), de manière à réaliser les desseins de ce Dieu qui veut sauver le monde.


71

Pourriez-vous me parler un peu de l'expansion de 1'OEuvre au cours de ses quarante années de vie ? Quels sont ses apostolats les plus importants ?

— Je dois dire avant tout combien je remercie Dieu Notre Seigneur de m'avoir permis de voir l'OEuvre, quarante ans seulement après sa fondation, répandue dans le monde entier. Quand elle naquit, en 1928, en Espagne, elle naquit déjà romaine, ce qui pour moi veut dire catholique, universelle. Et sa première impulsion fut, naturellement, de s'étendre à tous les pays.

En pensant à toutes ces années qui ont passé, il revient à ma mémoire de nombreux faits qui me remplissent de joie : car, mêlés aux difficultés et aux peines qui sont, dans une certaine mesure, le sel de la vie, ils me rappellent l'efficacité de la grâce de Dieu et le don — généreux et joyeux — qu'ont fait d'eux-mêmes tant d'hommes et de femmes qui ont su être fidèles. Je veux en effet manifester clairement que l'apostolat essentiel de l'Opus Dei est celui que réalise individuellement chaque membre dans son propre lieu de travail, dans sa famille, parmi ses amis. Action qui n'attire pas l'attention, difficile à traduire en statistiques, mais génératrice de fruits de sainteté dans des milliers d'âmes, qui vont à la suite du Christ, silencieusement et efficacement, dans leur tâche professionnelle quotidienne.

Il n'y a guère plus à dire sur ce sujet. Je pourrais certes vous raconter la vie exemplaire de bien des personnes, mais cela dénaturerait la beauté humaine et divine de cette action, en lui enlevant son intimité. Il serait pire encore de la réduire à des chiffres ou à des statistiques, car cela reviendrait à vouloir cataloguer en pure perte les fruits de la grâce dans les âmes.

Je peux vous parler des apostolats que les membres de l'OEuvre dirigent en de nombreux pays. Ce sont des activités aux fins spirituelles et apostoliques, où l'on s'efforce de travailler avec soin et avec perfection, sur le plan humain même, et auxquelles collaborent bien d'autres personnes qui ne sont pas de l'Opus Dei, mais comprennent la valeur surnaturelle de ce travail, ou qui apprécient sa valeur humaine ; c'est le cas de nombreux non-chrétiens qui nous aident efficacement. Il s'agit toujours de tâches laïques et séculières, animées par des citoyens courants, usant de leurs droits civiques normaux, en accord avec les lois de chaque pays, et toujours menées avec sens professionnel. Autrement dit, il s'agit d'activités qui n'aspirent à aucune sorte de privilège ou de traitement de faveur.

Vous connaissez probablement une activité de ce genre, réalisée à Rome : le centre Elis, orienté vers la qualification professionnelle et la formation intégrale d'ouvriers, à l'aide d'écoles, d'activités sportives et culturelles, de bibliothèques, etc. Cette oeuvre répond aux besoins de Rome et aux circonstances particulières du milieu humain où elle a surgi, le quartier du Tiburtino. Des activités semblables existent à Chicago, Madrid, Mexico et dans bien d'autres endroits.

Un autre exemple pourrait être celui du Strathmore College of Arts and Science, à Nairobi. Il s'agit d'un college préuniversitaire, par lequel sont passés des centaines d'étudiants du Kenya, de l'Ouganda et de la Tanzanie. Grâce à lui, quelques Kenyans de l'Opus Dei ont, avec d'autres concitoyens, réalisé un profond travail éducatif et social ; il a été le premier centre de l'Afrique de l'Est à réaliser une intégration raciale complète et, par son action, il a beaucoup contribué à l'africanisation de la culture. La même chose pourrait être dite de Kianda College, également à Nairobi, qui réalise un travail considérable de formation de la nouvelle femme africaine.

Je pourrais citer aussi, comme un exemple de plus, une autre activité : l'université de Navarre. Dès sa fondation, en 1952, elle s'est développée au point de compter maintenant 18 facultés, écoles et instituts, où plus de six mille élèves poursuivent leurs études. Contrairement à ce qu'ont écrit récemment certains journaux, je dois dire que l'université de Navarre n'a pas été soutenue par des subventions de l'Etat. L'Etat espagnol ne subventionne en aucune manière les frais de fonctionnement ; il n'a fait que contribuer par quelques subventions à la création de nouveaux postes d'enseignement. L'université de Navarre se maintient grâce à l'aide de personnes et d'associations privées. Le système d'enseignement et de vie universitaire, inspiré par le critère de la responsabilité personnelle et de la solidarité entre tous ceux qui y travaillent, s'est révélé efficace, et représente une expérience très positive dans le contexte actuel de l'Université dans le monde.

Je pourrais parler d'activités de ce type aux États-Unis, au japon, en Argentine, en Australie, aux Philippines, en Angleterre, en France, etc. Mais ce n'est pas nécessaire. Il suffit de dire que l'Opus Dei s'étend actuellement aux cinq continents, et que des personnes de plus de quatre-vingts nationalités et de races et de conditions les plus diverses, en font partie.


72

Pour terminer : êtes-vous satisfait de ces quarante ans d'activité ? Les expériences de ces dernières années, les changements sociaux, le concile Vatican II, etc., vous auraient-ils suggéré quelques changements de structure ?

— Satisfait ? Je ne puis m'empêcher de l'être, quand je vois que, malgré mes misères personnelles, le Seigneur a opéré, autour de cette OEuvre de Dieu, tant de merveilles.

Pour un homme qui vit de la foi, la vie sera toujours l'histoire des miséricordes divines. Peut-être est-il difficile de lire dans certains moments de cette histoire, car tout peut sembler inutile et peut même paraître échouer ; d'autres fois, le Seigneur laisse paraître des fruits abondants, et il est naturel, alors, que le coeur exulte en action de grâces.

Une de mes plus grandes joies a été précisément que le concile Vatican II ait proclamé très clairement la vocation divine du laïcat. Sans la moindre prétention, il m'est permis de dire qu'en ce qui concerne notre esprit, le Concile n'est certes pas une invitation à le modifier ; bien au contraire, il a confirmé ce que — par la grâce de Dieu — nous pratiquions et enseignions depuis tant d'années. La caractéristique principale de l'Opus Dei, ce n'est pas d'être une technique ou une méthode d'apostolat, ni une structure déterminée, mais un esprit qui porte précisément à sanctifier le travail ordinaire.

Les erreurs et les misères personnelles, je le répète, nous y sommes tous sujets. Et nous avons tous à nous examiner sérieusement en présence de Dieu et à confronter notre propre vie avec ce que le Seigneur exige de nous. Mais sans oublier le plus important : si scires donum Dei ! (Jn 4, 10), si vous reconnaissiez le don de Dieu ! dit Jésus à la Samaritaine. Et saint Paul ajoute : Ce trésor, nous le portons en des vases d'argile, pour qu'on voie bien que cette extraordinaire puissance appartient à Dieu et ne vient pas de nous (2 Co 4, 7).

L'humilité, l'examen chrétien consistent d'abord à reconnaître le don de Dieu. Il s'agit de bien autre chose que de se contracter devant le cours que prennent les événements, que de se sentir inférieurs ou découragés devant l'histoire. Dans la vie personnelle, et parfois aussi dans la vie des associations ou des institutions, il peut y avoir des choses à modifier, et même beaucoup ; mais l'attitude à prendre, pour un chrétien, au moment d'affronter ces problèmes doit être avant tout de s'émerveiller devant la grandeur des oeuvres de Dieu comparées avec la petitesse humaine.

L'aggiornamento doit se faire, avant tout, dans la vie personnelle, de manière à la rendre conforme à cette vieille nouveauté qu'est l'Évangile. Être à jour, cela signifie s'identifier au Christ, qui n'est pas un personnage passé de mode : le Christ vit et vivra toujours : hier et aujourd'hui,  éternellement (He 13, 8).

Quant à l'Opus Dei considéré dans son ensemble, on peut bien dire, sans aucune espèce d'arrogance, et par reconnaissance pour la bonté de Dieu, qu'il n'y aura jamais pour lui aucun problème d'adaptation au monde : jamais il ne se trouvera dans la nécessité de se mettre à jour. Dieu notre Seigneur a mis l'OEuvre à jour une fois pour toutes, en lui donnant ces caractéristiques particulières, laïques ; et elle n'aura jamais besoin de s'adapter au monde, parce que tous ses membres sont du monde ; elle ne sera jamais à la remorque du progrès humain, puisque tous les membres de l'OEuvre, à côté des autres hommes qui vivent dans le monde, créent eux-mêmes ce progrès par leur travail ordinaire.


[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Suivant