Josemaría Escrivá Obras
101

D'autre part, les parents doivent s'efforcer aussi de conserver un coeur jeune pour qu'il leur soit plus facile d'accueillir avec sympathie les aspirations nobles et même les extravagances de leurs enfants. La vie change et il se peut que bien de nouvelles choses ne nous plaisent pas — il est même possible qu'elles ne soient pas objectivement meilleures que les précédentes — mais elle n'en sont pas mauvaises pour autant : ce sont simplement d'autres modes de vie, sans plus. Dans pas mal de cas, les conflits surgissent parce qu'on donne de l'importance à des choses insignifiantes, qu'on peut surmonter avec un peu de recul et d'humour.

Mais tout ne dépend pas des parents. Les enfants doivent aussi mettre un peu du leur. La jeunesse a toujours su s'enthousiasmer pour les grandes choses, pour des idéaux élevés, pour tout ce qui est authentique. Il s'agit d'aider les enfants à comprendre la beauté simple — peut-être bien cachée, et toujours empreinte de naturel — qu'il y a dans la vie de leurs parents ; à se rendre compte, sans que cela leur pèse, du sacrifice qu'on fait pour eux, de l'abnégation — souvent héroïque — qu'il faut pour bien élever la famille. Et que les enfants apprennent aussi à ne pas dramatiser, à ne pas jouer le rôle d'incompris ; qu'ils n'oublient pas qu'ils seront toujours débiteurs de leurs parents et que leur gratitude doit être faite de vénération, d'amour reconnaissant, filial ; ils ne pourront jamais payer ce qu'ils doivent.

Soyons sincères : la famille unie, c'est ce qu'il y a de plus normal. Il y a des frictions, des différends mais ce sont là choses courantes, qui, jusqu'à un certain point, contribuent même à donner du piquant à nos jours. Ce sont des choses insignifiantes que le temps aplanit toujours : il ne subsiste que le stable, c'est-à-dire l'amour, un amour véritable — fait de sacrifice — et jamais feint, qui conduit à se préoccuper les uns des autres, à deviner le petit problème, à lui trouver la solution la plus délicate. Et parce que tout cela est normal, l'immense majorité des gens m'ont très bien compris, quand ils m'ont entendu qualifier de très doux précepte — comme je le fais depuis les années vingt — le quatrième des dix commandements.

Précédent Voir le chapitre Suivant