Josemaría Escrivá Obras
104

Revenons, si vous me le permettez, à la jeunesse. Grâce à la partie consacrée à la jeunesse dans notre revue, nous sommes au courant de beaucoup de problèmes. Un problème très fréquent est la pression qu'exercent quelquefois les parents sur leurs enfants au moment de déterminer leur orientation. Cela arrive lorsqu'il s'agit de choisir une carrière ou un travail, ou encore un fiancé, et beaucoup plus souvent, lorsqu'un enfant prétend répondre à l'appel de Dieu pour se donner au service des âmes. Y a-t-il une justification quelconque à cette attitude des parents ? N'est-ce pas là violer la liberté indispensable pour arriver à la maturité personnelle ?

— En dernier ressort, il est évident que les décisions qui déterminent l'orientation d'une vie, doivent être prises par chacun personnellement, en pleine liberté, sans contrainte ni pression d'aucune espèce.

Cela ne veut pas dire qu'il faille, d'ordinaire, éviter l'intervention d'autres personnes. Précisément, parce qu'il s'agit de mesures décisives qui affectent la vie entière et parce que le bonheur dépend en grande partie de la façon dont elles sont prises, il est logique qu'on évite toute précipitation, qu'on y apporte du calme, de la responsabilité et de la prudence. Et un aspect de la prudence consiste justement à demander conseil : il serait présomptueux — et cela se paie cher, d'habitude — de croire que nous pouvons décider de nous-mêmes sans la grâce de Dieu et sans la chaleur et la lumière d'autres personnes et spécialement de nos parents.

Les parents peuvent et doivent prêter à leur enfants une aide précieuse : leur découvrir de nouveaux horizons, leur communiquer leur expérience, les faire réfléchir afin qu'ils ne se laissent pas entraîner par des états émotifs passagers, leur présenter un tableau réaliste des choses. Parfois ils prêteront cette aide sous forme de conseil personnel ; d'autre fois, en encourageant leurs enfants à consulter d'autres personnes compétentes : un ami sincère et loyal, un prêtre sage et pieux, un expert en orientation professionnelle.

Mais le conseil ne supprime pas la liberté, il donne des éléments pour juger, ce qui élargit les possibilités de choix et fait que la décision n'est pas déterminée par des facteurs irrationnels. Après avoir écouté le point de vue des autres et tout bien pesé, le moment vient où il faut choisir ; et alors personne n'a le droit de violenter la liberté. Les parents doivent résister à la tentation de se réaliser indûment eux-mêmes dans leurs enfants — de les modeler selon leurs propres préférences —, ils ont à respecter les inclinations et les aptitudes que Dieu donne à chacun. S'il y a un véritable amour, cela est facile, d'ordinaire. Même dans le cas extrême où l'enfant prend une décision que les parents ont de bons motifs de tenir pour une erreur, voire pour une source de malheur, la solution n'est pas dans la violence mais dans la compréhension et — plus d'une fois — il convient de rester aux côtés de l'enfant, de l'aider à surmonter les difficultés et, s'il est nécessaire, à tirer tout le bien possible de ce mal.

Les parents qui aiment vraiment, qui cherchent sincèrement le bien de leurs enfants, après avoir donné les conseils et les indications opportunes, doivent se retirer avec délicatesse pour que rien ne nuise au grand bien qu'est la liberté, qui rend l'homme capable d'aimer et de servir Dieu. Ils doivent se souvenir que Dieu Lui-même a voulu qu'on L'aime et qu'on Le serve en toute liberté, et qu'Il respecte toujours nos décisions personnelles. Dieu laissa l'homme — nous dit l'Écriture — aux mains de son libre arbitre (Eccli 15, 14).

Quelques mots encore, concernant le dernier des cas concrets que vous avez posé : la décision de se donner au service de l'Église et des âmes. Lorsque des parents catholiques ne comprennent pas cette vocation, je pense qu'ils ont échoué dans leur mission de fonder une famille chrétienne et qu'ils ne sont même pas conscients de la dignité que le christianisme donne à leur vocation matrimoniale. Du reste, l'expérience que j'ai tirée de l'Opus Dei est très positive. J'ai l'habitude de dire aux membres de l'OEuvre qu'ils doivent quatre-vingt-dix pour cent de leur vocation à leurs parents, parce qu'ils ont su les élever et leur ont appris à être généreux. Je puis assurer que dans l'immense majorité des cas — pratiquement dans la totalité — les parents non seulement respectent la décision de leurs enfants, mais encore qu'ils l'aiment et qu'ils considèrent tout de suite l'OEuvre comme une prolongation de leur famille. C'est une de mes grandes joies et une preuve de plus que pour être très divins, il faut être aussi très humains.

Précédent Voir le chapitre Suivant