Josemaría Escrivá Obras
106

Un grand problème féminin est celui des femmes célibataires. Nous parlons de celles qui ont la vocation matrimoniale et n'arrivent pas à se marier. N'y parvenant pas, elles se demandent : « Pourquoi sommes-nous dans le monde ? quel est notre rôle ? » Que leur répondriez-vous ?

— Pourquoi sommes-nous dans le monde? Pour aimer Dieu de tout notre coeur et de toute notre âme, et pour étendre cet amour à toutes les autres créatures. Cela vous semble-t-il peu de chose ? Dieu n'abandonne aucune âme à un destin aveugle. Il a pour toutes un dessein, Il leur assigne à toutes une vocation tout à fait personnelle, sans transfert possible.

Le mariage est un chemin divin, c'est une vocation. Mais ce n'est pas l'unique chemin, ni l'unique vocation. Les plans de Dieu pour chaque femme ne sont pas nécessairement liés au mariage. Il arrive dans certains cas, qu'elles aient la vocation matrimoniale et ne parviennent pas à se marier. C'est peut-être alors, que l'égoïsme ou l'amour-propre ont empêché que cet appel de Dieu ne s'accomplisse ; mais d'autres fois et même dans la plupart des cas, cela peut être le signe que le Seigneur ne leur a pas donné la véritable vocation matrimoniale. Oui, elles aiment les enfants ; elles sentent qu'elles auraient été bonnes mères ; qu'elles auraient donné fidèlement leur coeur à un mari et à leurs enfants. Mais cela est normal chez toutes les femmes, y compris celles qui, par vocation divine, ne se marient pas — alors qu'elles auraient pu le faire — pour s'occuper du service de Dieu et des âmes.

Elles ne sont pas mariées. Bon : qu'elles continuent, comme elles l'ont fait jusqu'à présent, à aimer la volonté du Seigneur ; qu'elles cherchent à connaître de près ce très aimable Coeur de Jésus, qui n'abandonne personne, qui est toujours fidèle, qui nous garde tout au long de notre vie, pour se donner à nous dès maintenant et pour toujours.

Au surplus, la femme peut accomplir sa mission — en tant que femme selon toutes les caractéristiques féminines, y compris les caractéristiques affectives de la maternité — dans des milieux différents de sa propre famille : dans d'autres familles, à l'école, dans des oeuvres d'assistance, dans mille endroits.

La société est parfois très dure — et d'une grande injustice — envers celles qu'elle nomme vieilles filles. Il y a des femmes célibataires qui répandent autour d'elles la joie, la paix, l'efficacité ; des femmes qui savent se donner noblement au service des autres, et être mères, dans les profondeurs spirituelles, plus réellement que beaucoup d'autres qui ne sont mères que physiologiquement.

Précédent Voir le chapitre Suivant