Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Entretiens > Aimer le monde passionnément > Point 119
119

Voici ceux qui ont suivi Jésus-Christ — avec moi, qui ne suis qu'un pauvre pécheur — : un tout petit pourcentage de prêtres qui, avant leur ordination, exerçaient une profession ou un métier laïc; un grand nombre de prêtres séculiers issus de multiples diocèses répartis dans le monde — qui confirment ainsi leur obéissance envers leurs évêques respectifs ainsi que leur amour et leur efficacité dans le travail diocésain — toujours les bras ouverts en croix, pour accueillir les âmes dans leur coeur, et qui vont, comme moi, par la rue et par le monde qu'ils aiment; la grande foule enfin, composée d'hommes et de femmes — de diverses nations, de diverses langues, de diverses races — qui vivent de leur travail professionnel; des gens mariés pour la plupart, mais aussi de nombreux célibataires, qui travaillent avec leurs concitoyens à la tâche sérieuse de rendre la société temporelle plus humaine et plus juste; qui participent à la noble bataille des activités quotidiennes, en assumant — je le répète — leurs responsabilités personnelles et qui connaissent, dans le coude à coude avec les autres hommes, les succès et les échecs en essayant d'accomplir leur devoir et d'exercer leurs droits sociaux et civiques. Et tout cela avec naturel, comme tout chrétien conscient, sans la mentalité d'hommes à part, fondus dans la masse de leurs collègues, tout en s'efforçant de capter les lueurs divines que réverbèrent les réalités les plus banales. Ces caractéristiques éminemment laïques se retrouvent aussi dans les oeuvres que l'Opus Dei crée — en tant qu'institution —, car ce ne sont point des oeuvres ecclésiastiques. Elles ne jouissent d'aucune représentation officielle de la sainte hiérarchie de l'Église. Ce sont des oeuvres de promotion humaine, culturelle et sociale, réalisées par des citoyens qui tentent de les éclairer à la lumière de l'Évangile et de les réchauffer à la chaleur de l'amour du Christ. Un fait vous le précisera : l'Opus Dei n'a, ni n'aura jamais, la mission de diriger des séminaires diocésains où les évêques institués par l'Esprit Saint (Ac 20, 28), préparent leurs futurs prêtres.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant