Josemaría Escrivá Obras
120

En revanche, l'Opus Dei ouvre des centres de formation pour ouvriers et paysans, des centres d'enseignement primaire, secondaire et universitaire, en plus des activités de tout genre qu'il exerce dans le monde entier, car son élan apostolique, écrivais-je il y a de nombreuses années, est une mer sans rivages.

Mais pourquoi m'étendre sur cette matière, si votre présence ici est plus éloquente qu'un long discours ? Vous, les amis de l'Université de Navarre, faites partie d'un peuple qui se sait engagé dans le progrès de la société à laquelle il appartient. Votre encouragement cordial, vos prières, votre sacrifice et vos apports n'empruntent pas les voies d'un confessionnalisme catholique : en nous assurant de votre coopération, vous êtes le témoignage évident d'une conscience civile droite, soucieuse du bien commun temporel; vous témoignez qu'une université peut naître des énergies du peuple et être soutenue par le peuple.

Une fois de plus, je désire, en cette occasion, remercier la très noble ville de Pampelune et la grande et forte province de Navarre pour la collaboration qu'elles prêtent à notre université; de même que les amis venus de toutes les régions d'Espagne et — je le dis avec une émotion particulière — les non-Espagnols et jusqu'aux non-catholiques et aux non-chrétiens, qui ont compris (et le démontrent par des actes), l'intention et l'esprit qui animent cette entreprise.

Grâce à tous, l'université est devenue un foyer toujours plus ardent de liberté civique, de formation intellectuelle, d'émulation professionnelle, et un stimulant pour l'enseignement universitaire. Votre généreux sacrifice est à la base du travail universel qui poursuit le développement des sciences humaines, la promotion sociale et la pédagogie de la foi.

Ce que je viens d'évoquer a été clairement perçu par le peuple navarrais, qui a su reconnaître également, dans son université, un facteur de promotion économique, et spécialement de promotion sociale pour la région, lequel a permis à tant de ses enfants d'accéder aux professions intellectuelles, ce qui eût été, autrement, difficile, et dans certains cas impossible. Le fait d'avoir compris le rôle que l'université allait jouer dans son destin a sûrement été la cause de l'appui que la Navarre lui a donné dès le début. Cet appui sera sans doute toujours plus grand et plus enthousiaste.

Précédent Voir le chapitre Suivant