Josemaría Escrivá Obras
19

Parfois, en parlant de la réalité de l'Opus Dei, vous avez affirmé qu'elle est une « désorganisation organisée ». Pourriez-vous expliquer à nos lecteurs ce que signifie cette expression ?

— Je veux dire par là que nous attachons une importance première et fondamentale à la spontanéité apostolique de la personne, à sa libre initiative et à sa responsabilité, guidées par l'action de l'Esprit ; et non pas aux structures d'organisation, aux mandats, aux tactiques et aux plans imposés du sommet, siège de gouvernement.

Il existe, évidemment, un minimum d'organisation, avec un gouvernement central, qui agit toujours collégialement et qui a son siège à Rome, et des gouvernements régionaux, eux aussi, collégiaux chacun d'eux présidé par un conseiller. Mais toute l'activité de ces organismes est dirigée essentiellement vers une tâche: fournir aux membres l'assistance spirituelle que réclame leur vie de piété, et une formation spirituelle adéquate, doctrinale, religieuse et humaine. Après quoi, débrouillez-vous ! Autrement dit: chrétiens, sanctifiez tous les chemins que parcourent les hommes, et qu'ils gardent le parfum du passage de Dieu.

Lorsqu'elle atteint cette limite, ce moment, l'Association comme telle a terminé sa tâche — celle en vue de laquelle, précisément, se réunissent les membres de l'Opus Dei —, elle n'a plus rien à faire, elle ne peut ni ne doit plus rien faire. Pas une indication de plus. Alors commence l'action personnelle, libre et responsable, de chaque membre. Chacun, avec une spontanéité apostolique, oeuvrant en toute liberté personnelle et se formant une conscience autonome face aux décisions concrètes qu'il doit prendre, essaie d'atteindre la perfection chrétienne et de témoigner chrétiennement dans son propre milieu, en sanctifiant son travail professionnel, intellectuel ou manuel. Naturellement, comme chacun prend ses décisions en toute autonomie dans sa vie séculière, parmi les réalités temporelles où il évolue, on trouve fréquemment des options, des jugements et des activités diverses. On aboutit, en un mot, à cette désorganisation bénie, à ce pluralisme juste et nécessaire, qui est une caractéristique essentielle du bon esprit de l'Opus Dei et qui m'a toujours paru la seule manière correcte et ordonnée de concevoir l'apostolat des laïcs.

Je dirai plus: cette désorganisation organisée apparaît jusque dans les oeuvres mêmes, apostoliques, collectives, que l'Opus Dei réalise, dans le désir de contribuer également, en tant qu'association, à résoudre chrétiennement des problèmes qui affectent les communautés humaines dans les divers pays. Ces activités et initiatives de l'Association ont toujours un caractère directement apostolique, c'est-à-dire qu'il s'agit d'oeuvres d'éducation, d'assistance et de bienfaisance. Mais, comme il est précisément dans notre esprit de stimuler les initiatives à la base, et comme les circonstances, les nécessités et les possibilités de chaque nation ou groupe social sont particulières, et d'ordinaire différentes entre elles, le gouvernement central de l'OEuvre laisse aux gouvernements régionaux — qui jouissent d'une autonomie pratiquement totale — le soin de décider, de promouvoir et d'organiser les activités apostoliques concrètes qu'ils jugent opportunes: depuis un centre universitaire ou une résidence d'étudiants jusqu'au dispensaire ou à la ferme-école pour paysans. Résultat logique: nous avons une mosaïque multicolore d'activités, une mosaïque organiquement désorganisée.

Précédent Voir le chapitre Suivant