Josemaría Escrivá Obras
2




Le concile Vatican II a largement utilisé, dans ses documents, l'expression « Peuple de Dieu », pour désigner l'Église, et a mis ainsi en évidence la responsabilité commune de tous les chrétiens dans la mission unique de ce Peuple de Dieu. Quelles caractéristiques doit posséder, à votre avis, l'« opinion publique nécessaire dans l'Église » — dont parlait déjà Pie XII — pour refléter, en effet, cette responsabilité commune ? Comment le phénomène de l'« opinion publique dans l'Église » est-il affecté par les relations particulières d'autorité et d'obéissance que l'on trouve au sein de la communauté ecclésiale ?

— Je ne conçois pas qu'il puisse y avoir obéissance véritablement chrétienne, si cette obéissance n'est pas volontaire et responsable. Les fils de Dieu ne sont ni des pierres ni des cadavres ; ce sont des êtres intelligents et libres, élevés tous au même ordre surnaturel, comme la personne qui commande. Mais on ne pourra jamais faire bon usage de l'intelligence et de la liberté — pour obéir autant que pour opiner — si l'on n'a pas la formation chrétienne suffisante. C'est pourquoi le problème de fond de l'« opinion publique nécessaire dans l'Église » équivaut au problème de la formation doctrinale nécessaire des fidèles. Certes, l'Esprit Saint distribue ses dons en abondance parmi les membres du Peuple de Dieu — qui sont tous coresponsables de la mission de l'Église , mais cela n'exempte personne, bien au contraire, du devoir d'acquérir la formation doctrinale appropriée.

J'entends par doctrine la connaissance suffisante, que chaque fidèle doit avoir, de la mission totale de l'Église et de la participation particulière et, par conséquent, de la responsabilité spécifique qui lui incombe, à lui, dans cette mission unique. Tel est — comme l'a rappelé maintes fois le saint-père — le colossal travail de pédagogie que l'Église doit entreprendre en cette époque postconciliaire. C'est en rapport direct avec ce travail qu'il faut mettre, je pense — entre autres espérances qui sont aujourd'hui latentes au sein de l'Église , la solution correcte du problème auquel vous faites allusion. Car ce ne seront certainement pas les intuitions plus ou moins prophétiques de quelques charismatiques sans doctrine, qui pourront assurer l'opinion publique nécessaire dans le Peuple de Dieu.

Quant aux formes d'expression de cette opinion publique, je ne considère pas que ce soit un problème d'organes ou d'institutions. L'instrument approprié peut en être aussi bien un Conseil pastoral diocésain que les colonnes d'un journal — même s'il n'est pas officiellement catholique — ou la simple lettre personnelle d'un fidèle à son évêque, etc. Les possibilités et les modalités légitimes, grâce auxquelles cette opinion des fidèles peut se manifester, sont très diverses, et il ne semble pas qu'on puisse ni doive les corseter en créant une nouvelle entité ou une nouvelle institution. Et moins encore s'il s'agissait d'une institution qui risquerait — c'est si facile — d'être monopolisée ou instrumentalisée, en fait, par un groupe ou une chapelle de catholiques officiels, quelle que fût la tendance ou l'orientation dont cette minorité s'inspirerait. Cela mettrait en péril le prestige même de la Hiérarchie et semblerait se moquer des autres membres du Peuple de Dieu.

Précédent Voir le chapitre Suivant