Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Entretiens > Spontanéité et pluralisme du peuple de Dieu > Point 20
20

Cela dit, de quelle manière estimez-vous que la réalité ecclésiale de l'Opus Dei s'insère dans l'action pastorale de l'Église tout entière ? Et dans l'oecuménisme ?

— Une explication préalable me paraît s'imposer: l'Opus Dei n'est, ni ne peut être considéré comme une réalité liée au processus évolutif de l'état de perfection dans l'Église, il n'est pas une forme moderne ou aggiornata de cet état. En effet, ni la conception théologique du status perfectionis — que saint Thomas, Suarez et d'autres auteurs ont fixée définitivement dans la doctrine — ni les diverses concrétions juridiques que l'on a données à ce concept théologique n'ont rien à voir avec la spiritualité et la fin apostolique que Dieu a voulues pour notre Association. Qu'il suffise d'observer — car un exposé complet de la doctrine serait long — que l'Opus Dei ne s'inquiète, pour ses membres, ni de voeux, ni de promesses, ni d'aucune forme de consécration autre que la consécration que nous avons tous reçue par le baptême. Notre Association ne prétend nullement que l'on change d'état en venant à elle, que l'on cesse d'être un simple fidèle comme les autres, pour acquérir le status perfectionis particulier. Au contraire, ce qu'elle désire et poursuit, c'est que chacun fasse de l'apostolat et se sanctifie dans son propre état, au lieu même qu'il occupe dans l'Église et dans la société civile, et dans les mêmes conditions. Nous ne délogeons personne de l'endroit où il se trouve, nous n'éloignons personne de son travail ni de ses entreprises ni de ses nobles engagements d'ordre temporel.

La réalité sociale, la spiritualité et l'action de l'Opus Dei s'insèrent donc sur une branche très différente de la vie de l'Église: concrètement, sur le processus théologique et vital que suit le laïcat vers la pleine assomption de ses responsabilités ecclésiales, vers son mode particulier de participer à la mission du Christ et de son Église. Tel a été, au cours des quarante années ou presque d'existence de l'OEuvre, et tel est encore le souci constant — serein, mais puissant — où Dieu a voulu canaliser, dans mon âme et dans celles de mes enfants, le désir de Le servir.

Quels sont les apports de l'Opus Dei à ce processus ? Le moment n'est peut-être pas très indiqué, historiquement, pour établir un bilan de ce genre. Encore qu'il s'agisse de problèmes sur lesquels s'est longuement penché — à ma plus grande joie — le concile Vatican II, et encore que bien des concepts et des situations qui ont trait à la vie et à la mission du laïcat aient reçu déjà du magistère une confirmation et une lumière suffisantes, il reste néanmoins un noyau considérable de questions qui constituent encore, pour l'ensemble de la doctrine, de véritables problèmes-limites de la théologie. Pour nous, au sein de l'esprit que Dieu a insufflé à l'Opus Dei et que nous essayons de vivre fidèlement — en dépit de nos imperfections personnelles —, la plupart des problèmes discutés nous paraissent déjà providentiellement résolus, mais nous ne prétendons pas que ces solutions soient les seules possibles.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant