Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Entretiens > Pourquoi l'Opus Dei est-il né ? > Point 26
26

Pouvez-vous me dire comment, depuis ses origines, l'Opus Dei s'est développé et a évolué, dans son caractère tout comme dans ses objectifs, au cours de cette période qui coïncide avec l'énorme changement dont nous sommes témoins au sein de l'Église elle-même?

— Dès le départ, le seul objectif de l'Opus Dei a été celui que je viens de vous indiquer: faire en sorte qu'il y ait, au milieu du monde, des hommes et des femmes de toutes races et de toutes conditions sociales, qui s'efforcent d'aimer et de servir Dieu et leurs semblables dans et par le travail ordinaire. Dès le début de l'OEuvre, en 1928, j'ai prêché que la sainteté n'est pas réservée à des privilégiés, mais que tous les chemins de la terre peuvent être divins : tous les états, toutes les professions, toutes les tâches honnêtes. Les implications de ce message sont nombreuses et l'expérience, au cours de la vie de l'OEuvre, m'a permis de les connaître de plus en plus profondément et avec toujours plus de nuances. L'OEuvre, modeste à sa naissance, s'est fortifiée normalement, d'une manière graduelle et progressive, comme grandit tout organisme vivant, tout ce qui se développe dans l'histoire.

Mais son objectif et sa raison d'être n'ont pas changé et ne changeront pas, quelque transformation que puisse subir la société, le message de l'Opus Dei étant que l'on peut se sanctifier dans n'importe quel travail honnête, quelles que soient les circonstances où on l'accomplit.

Aujourd'hui font partie de l'OEuvre des gens de toutes professions: non seulement des médecins, des avocats, des ingénieurs et des artistes, mais encore des maçons, des mineurs, des paysans ; et de n'importe quel métier: depuis les metteurs en scène de cinéma et les pilotes d'avion à réaction jusqu'aux spécialistes de la haute coiffure. Pour les membres de l'Opus Dei, se mettre au goût du jour, comprendre le monde moderne, est une chose naturelle et instinctive, étant donné qu'ils vivent aux côtés des autres citoyens et qu'avec ces autres citoyens et au même titre qu'eux ils créent ce monde et contribuent à sa modernité.

L'esprit de notre OEuvre étant tel, nous nous sommes réjouis, vous le comprendrez, d'entendre le Concile déclarer solennellement que l'Église ne rejette ni le monde où elle vit, ni son progrès, ni son développement, mais qu'elle le comprend et qu'elle l'aime. Au surplus, une caractéristique essentielle de la spiritualité dans laquelle s'efforcent de vivre — depuis près de quarante ans — les membres de l'OEuvre, est de se savoir, à la fois, partie intégrante de l'Église et partie intégrante de l'État, chacun assumant donc pleinement, et en toute liberté, sa responsabilité individuelle de chrétien et de citoyen.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant