Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Entretiens > Pourquoi l'Opus Dei est-il né ? > Point 27
27

Pourriez-vous nous indiquer les différences qu'il y a entre la manière dont l'Opus Dei, en tant qu'association, remplit sa mission et celle dont les membres de l'Opus Dei, en tant qu'individus, remplissent la leur ? Par exemple, en vertu de quels critères est-il décidé qu'un projet sera plus favorablement réalisé par l'Association — un collège ou un centre de rencontres — ou par des individus — une entreprise d'édition ou de commerce ?

— L'Opus Dei a pour activité principale de donner à ses membres, et aux personnes qui le désirent, les moyens spirituels nécessaires pour vivre dans le monde en bons chrétiens. Il leur fait connaître la doctrine du Christ, les enseignements de l'Église ; il leur insuffle une mentalité qui les amène à bien travailler par amour de Dieu et au service de tous les hommes. Il s'agit, en un mot, de se conduire en chrétien: en s'entendant avec tout le monde, en respectant la liberté légitime de chacun et en faisant en sorte que notre monde soit plus juste.

Chacun des membres gagne sa vie et sert la société grâce au métier qui était le sien avant d'entrer à l'Opus Dei, et qui le serait s'il n'appartenait pas à l'OEuvre. Ainsi, les uns sont mineurs, d'autres enseignent dans des écoles ou des universités, d'autres encore sont commerçants, ménagères, secrétaires, paysans. Il n'y a aucune activité humaine, pourvu qu'elle soit honnête, à laquelle ne puisse se livrer un membre de l'Opus Dei. Celui qui, avant son adhésion à l'OEuvre, travaillait, par exemple, dans une maison d'édition ou de commerce, continue à le faire par la suite. Et si, dans le cadre de ce travail ou de n'importe quel autre, il cherche un nouvel emploi ou s'il décide, avec ses collègues, de fonder une entreprise quelconque, il lui appartient d'y prendre librement des décisions, de recueillir personnellement les fruits de son occupation, et aussi bien d'en assumer la responsabilité personnelle.

Toute l'activité des dirigeants de l'Opus Dei se fonde sur un respect absolu de la liberté professionnelle de chacun, c'est là un point dont l'importance est capitale et dont dépend l'existence même de l'OEuvre. Cette liberté est donc fidèlement sauvegardée. Chaque membre peut exercer la profession qu'il exercerait s'il ne faisait pas partie de l'Opus Dei, de sorte que ni l'Opus Dei en tant que tel ni aucun des autres membres n'ont rien à voir avec le travail professionnel de chacun en particulier. Tous prennent un engagement, lorsqu'ils adhèrent à l'OEuvre : celui de s'appliquer à rechercher la plénitude de la vie chrétienne à l'occasion et par le moyen de leur travail, et à prendre une conscience plus claire du caractère de service rendu à l'humanité que doit revêtir toute vie chrétienne.

La mission principale de l'OEuvre — je vous l'ai déjà dit — est donc de former chrétiennement ses membres et les autres personnes qui souhaitent recevoir cette formation. Le désir de contribuer à la solution des problèmes qui affectent la société et auxquels l'idéal chrétien peut apporter tant de solutions, implique que l'OEuvre en tant que telle, collectivement, réalise certaines activités et prenne certaines initiatives. Le critère dans ce domaine est que l'Opus Dei, dont les fins sont exclusivement spirituelles, ne peut assumer collectivement que des tâches qui constituent clairement et immédiatement un service chrétien, un apostolat. Il serait absurde de penser que l'Opus Dei en tant que tel puisse se consacrer à l'exploitation des mines ou à des entreprises d'ordre économique, quelles qu'elles soient. Ses oeuvres collectives sont, toutes, des activités directement apostoliques : écoles de formation paysanne, dispensaires installés dans une région ou un pays en voie de développement, centres destinés à la promotion sociale de la femme, etc. Autrement dit, des établissements d'assistance, d'éducation ou de bienfaisance, comme ceux que fondent, dans le monde entier, les institutions de toutes croyances.

Pour mener ces tâches à bien, l'Opus Dei compte d'abord sur le travail personnel de ses membres qui parfois s'y emploient entièrement. Et aussi sur le soutien généreux que nous apportent quantité de sympathisants, qu'ils soient chrétiens ou non. Certains sont attirés par des raisons spirituelles ; d'autres, sans même partager ces vues apostoliques, estiment qu'il s'agit là d'initiatives qui tournent au bénéfice de la société et sont ouvertes à tous, sans discrimination de race, de religion ou d'idéologie.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant