Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Entretiens > Pourquoi l'Opus Dei est-il né ? > Point 29
29

L'Association insiste sur la liberté reconnue à chacun d'exprimer les convictions qu'il professe honorablement. Mais, pour reprendre ce sujet sous un autre angle, jusqu'à quel point pensez-vous que l'Opus Dei soit moralement obligé, en tant qu'association, d'exprimer des opinions concernant des questions capitales, séculières ou spirituelles, en public ou en privé ? Y a-t-il des situations où l'Opus Dei mettrait son influence et celle de ses membres au service de principes qu'il considère comme sacrés, ainsi que le cas s'est présenté, récemment, pour appuyer la législation sur la liberté religieuse en Espagne ?

— Dans l'Opus Dei, nous essayons, en tout temps et en toute chose, d'avoir les mêmes sentiments que l'Église du Christ: nous n'avons d'autre doctrine que celle que l'Église enseigne à tous ses fidèles. La seule particularité que nous ayons est un esprit propre, caractéristique de l'Opus Dei, c'est-à-dire une manière concrète de vivre l'Évangile, de nous sanctifier dans le monde et d'exercer un apostolat au moyen de la profession.

Il s'ensuit aussitôt que tous les membres de l'Opus Dei jouissent de la même liberté que les autres catholiques, liberté qui consiste à se former librement des opinions et à agir en conséquence. C'est pourquoi l'Opus Dei en tant que tel ne doit et ne peut exprimer d'opinion propre, et ne peut même en avoir. S'il s'agit d'une question pour laquelle il existe une doctrine définie par l'Église, l'opinion de chacun sera constituée par cette doctrine. S'il s'agit, en revanche, d'une question sur laquelle le magistère — le pape et les évêques — ne s'est pas prononcé, chacun des membres de l'Opus Dei reste libre d'avoir et de défendre l'opinion qui lui paraît la meilleure, et d'agir en conséquence.

En d'autres termes, le principe qui règle l'attitude des dirigeants de l'Opus Dei en ce domaine est le respect de la liberté d'option dans l'ordre temporel. C'est tout différent de l'abstentionnisme, puisqu'il s'agit de placer chacun des membres en face de ses responsabilités personnelles, en l'invitant à les assumer selon sa conscience et à se conduire en homme libre. C'est pourquoi il est mal venu de mentionner l'Opus Dei quand on parle de partis, de groupes ou de tendances politiques ou, en général, de tâches et d'entreprises humaines. Mieux encore: cela est injuste et presque calomnieux, car on peut en déduire faussement que les membres de l'OEuvre ont une idéologie, une mentalité ou un intérêt temporel en commun.

Certes, les membres de l'Opus Dei sont catholiques, et ces catholiques s'efforcent d'être conséquents avec leur foi. On peut les qualifier de la sorte, si l'on veut, à condition d'admettre que le fait d'être catholique n'implique pas que l'on forme un groupe, fût-ce dans l'ordre culturel ou idéologique et, a fortiori, dans l'ordre politique. Dès la fondation de l'OEuvre, et non seulement depuis le Concile, nous avons tenté de vivre un catholicisme ouvert, qui défend la légitime liberté des consciences, qui incline à traiter charitablement et fraternellement tous les hommes, catholiques ou non, et à collaborer avec tous, en participant aux nobles aspirations qui animent l'humanité.

Prenons un exemple. Devant le problème racial aux États-Unis, chacun dans l'OEuvre tiendra compte des clairs enseignements que l'Église dispense quant à l'égalité de tous les hommes et à l'injustice de toute discrimination. Chacun connaîtra les indications précises qu'ont données en l'espèce les évêques américains et se sentira lié par elles. Chacun défendra, par conséquent, les droits légitimes de tous les citoyens et s'opposera à toute situation ou projet discriminatoires. Il saura, en outre, qu'il ne suffit pas pour un chrétien de respecter le droit des autres, mais qu'il s'agit encore de voir en eux des frères, auxquels nous devons un amour sincère et un dévouement désintéressé.

L'Opus Dei, dans la formation qu'il procure à ses membres, insistera davantage sur ces idées dans les pays où elles s'appliquent que dans ceux où ce problème ne se pose pas concrètement ou se pose avec moins d'urgence. Ce dont l'Opus Dei s'abstiendra toujours, c'est de dicter, et même de suggérer, une solution concrète au problème. La décision d'appuyer tel ou tel projet de loi, de s'affilier à telle ou telle association — ou de ne s'affilier à aucune —, de prendre part ou non à telle ou telle manifestation, est laissée à l'appréciation de chacun. En fait, il apparaît partout que les membres n'agissent pas en bloc, mais en suivant un pluralisme normal.

Ces mêmes critères expliquent le fait que tant d'Espagnols de l'Opus Dei soient favorables au projet de loi sur la liberté religieuse dans leur pays, tel qu'il a été présenté récemment. Il s'agit évidemment d'une option personnelle — tout comme est personnelle l'opinion de ceux qui critiquent ce projet.Du moins nos membres ont-ils tous appris, selon l'esprit de l'Opus Dei, à aimer la liberté et à comprendre les hommes de toutes croyances. L'Opus Dei est la première association catholique qui, depuis 1950, avec l'autorisation du Saint-Siège, admet des coopérateurs non catholiques et non chrétiens, sans aucune discrimination et dans une même affection pour tous.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant