Josemaría Escrivá Obras
30

Bien entendu, vous n'ignorez pas que, dans certains secteurs de l'opinion publique, l'Opus Dei a la réputation d'être, dans une certaine mesure, discuté. Pouvez-vous me donner votre avis sur la raison pour laquelle il en est ainsi, et me dire notamment comment il est répondu à l'accusation concernant « le secret de conspiration » et « la conspiration secrète » qu'on relève souvent contre l'Opus Dei ?

— Tout ce qui ressemble à l'éloge de soi me gêne profondément. Mais puisque vous me posez cette question, force m'est de vous dire que l'Opus Dei est, me semble-t-il, une des organisations catholiques qui comptent le plus d'amis dans le monde entier. Des millions de personnes, parmi lesquelles nombre de non-catholiques et de non-chrétiens, lui sont attachés et lui viennent en aide.

Par ailleurs, l'Opus Dei est une organisation spirituelle et apostolique. Si l'on oublie ce fait fondamental — ou si l'on refuse de croire à la bonne foi des membres de l'Opus Dei qui l'affirment — il est impossible de comprendre l'OEuvre. Et devant cette impossibilité, on invente des versions compliquées et des secrets qui n'ont jamais existé.

Vous parlez d'une accusation de secret. C'est de l'histoire ancienne. Je pourrais vous exposer, point par point, l'origine de cette accusation calomnieuse. Durant de nombreuses années, une puissante organisation, que je préfère ne pas nommer — nous l'aimons et l'avons toujours aimée — s'est attachée à travestir ce qu'elle ignorait. On s'obstinait à nous tenir pour des religieux et l'on se demandait pourquoi ne pensent-ils pas tous de la même manière ? pourquoi ne portent-ils pas un habit ou un signe distinctif ? Et on en tirait, illogiquement, la conclusion que nous constituions une société secrète.

Cela est aujourd'hui terminé, et toute personne moyennement informée sait qu'il n'y a aucun secret ; que nous ne portons pas de signe distinctif, parce que nous ne sommes pas des religieux, mais des chrétiens ordinaires ; que nous ne pensons pas tous de la même manière, parce que nous admettons le plus grand pluralisme dans tout ce qui est temporel et dans les questions théologiques où l'on est libre d'avoir une opinion. On a fini par mieux connaître la réalité et par surmonter une jalousie sans fondement, ce qui a mis fin à une triste situation doublée d'une opinion calomnieuse.

Il ne faut cependant pas s'étonner si, de temps à autre, les vieux mythes se réveillent, car nous essayons de travailler pour Dieu, en défendant la liberté personnelle de tous les hommes. Nous aurons donc toujours contre nous les sectaires — de tous bords — ennemis de cette liberté personnelle, d'autant plus agressifs s'il s'agit de personnes qui ne peuvent supporter la simple idée de religion, et plus encore s'ils s'inspirent d'une pensée religieuse empreinte de fanatisme.

Néanmoins, et par bonheur, la majorité des publications ne se contentent plus de répéter ces vieilles et fausses histoires ; la plupart d'entre elles ont clairement conscience qu'être impartial, ce n'est pas diffuser des choses qui sont à mi-chemin entre la réalité et la calomnie, mais s'efforcer de refléter la vérité objective. Personnellement je pense que dire la vérité, c'est aussi une nouvelle « qui passe », spécialement lorsqu'il s'agit de renseigner sur l'activité des membres de l'Opus Dei ou des personnes qui collaborent avec celui-ci et qui tentent, en dépit d'erreurs personnelles — j'en commets et je ne m'étonne nullement que les autres en fassent autant —, d'accomplir une tâche au service de tous les hommes. Il est toujours intéressant de détruire les faux mythes. Je considère que tout journaliste a le grave devoir de se documenter correctement et de tenir son information à jour, dût-il parfois modifier des jugements antérieurs. Est-il donc si difficile d'admettre qu'une chose est propre, noble et bonne, sans y mêler de vieilles absurdités, tombées dans le discrédit ?

Il est pourtant bien simple de s'informer sur l'Opus Dei. Partout, il travaille en plein jour et jouit de la reconnaissance juridique des autorités civiles et ecclésiastiques. Le nom de ses dirigeants et celui de ses fondations apostoliques sont parfaitement connus. Quiconque désire des renseignements sur notre OEuvre peut les obtenir sans difficulté : il suffit de prendre contact avec ses dirigeants ou de s'adresser à l'une de nos oeuvres collectives. Vous-mêmes, vous êtes témoin que jamais aucun des dirigeants de l'Opus Dei, ou de ceux qui sont chargés de recevoir les journalistes, n'a manqué de faciliter la tâche des informateurs, de répondre à leurs questions ou de leur fournir la documentation voulue.

Aucun des membres de l'Opus Dei ni moi-même ne prétendons que tout le monde nous comprenne ou partage notre idéal spirituel. J'aime la liberté et que chacun suive sa voie. Mais il est évident que nous avons le droit élémentaire d'être respectés.

Précédent Voir le chapitre Suivant