Josemaría Escrivá Obras
34

Certains ont parfois soutenu que l'Opus Dei était intérieurement organisé selon les normes des sociétés secrètes. Que faut-il penser d'une telle affirmation ? Pourriez-vous, d'autre part, nous donner à cette occasion une idée du message que vous souhaitiez adresser aux hommes de notre temps en fondant l'OEuvre en 1928 ?

— Depuis 1928, je n'ai cessé de prêcher que la sainteté n'est pas réservée à des privilégiés et que tous les chemins de la terre peuvent être divins, car l'axe de la spiritualité propre de l'Opus Dei est la sanctification du travail ordinaire. Il faut repousser le préjugé que les fidèles courants ne peuvent guère que se limiter à aider le clergé dans des apostolats ecclésiastiques, et signaler que, pour atteindre cette fin surnaturelle, les hommes ont besoin d'être et de se sentir personnellement libres, de la liberté que Jésus-Christ nous a conquise, Pour prêcher et apprendre à pratiquer cette doctrine, je n'ai jamais eu besoin d'aucun secret. Les membres de l'OEuvre exècrent le secret, parce que ce sont des fidèles courants, des gens strictement identiques aux autres: en devenant membres de l'Opus Dei ils ne changent pas d'état. Il leur répugnerait de porter une affiche dans le dos disant : « Constatez que je me suis engagé au service de Dieu. » Ceci ne serait ni laïc ni séculier. Mais ceux qui connaissent et qui fréquentent les membres de l'Opus Dei savent qu'ils font partie de l'OEuvre, même s'ils ne le proclament pas, parce qu'ils ne le dissimulent pas non plus.

Précédent Voir le chapitre Suivant