Josemaría Escrivá Obras
40

L'Opus Dei se flatte de toucher toutes les couches de la population en Espagne. Cette affirmation vaut-elle pour le reste du monde ou bien faut-il admettre que dans les autres pays les membres de l'Opus Dei se recrutent plutôt dans les milieux avertis, tels que les états-majors industriels, administratifs, politiques et les professions libérales ?

— Parmi les membres de l'Opus Dei l'on trouve partout, en Espagne comme ailleurs, des gens de toutes conditions sociales: des hommes et des femmes, des vieux et des jeunes, des ouvriers, des industriels, des employés, des paysans, des membres des professions libérales, etc. C'est Dieu qui donne la vocation, et pour Lui il n'y a pas d'acception de personne.

Mais l'Opus Dei ne se flatte pas de quoi que ce soit: ce n'est pas à des forces humaines que les oeuvres d'apostolat doivent leur croissance, mais au souffle du Saint-Esprit. Dans une association à fins temporelles, il serait logique de publier des statistiques ostentatoires sur le nombre, la condition et les qualités des membres, comme ont coutume de le faire les organisations qui recherchent un prestige humain ; mais cette manière d'agir, quand on recherche la sanctification des âmes, ne fait que favoriser l'orgueil collectif: or, le Christ veut l'humilité pour tous et chacun des chrétiens.

Précédent Voir le chapitre Suivant