Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Entretiens > L'apostolat de l'Opus Dei dans les cinq continents > Point 44
44

Quelle est la position de l'OEuvre au regard du schéma de liberté religieuse défini par Vatican II, notamment en ce qui concerne l'Espagne où le projet « Castiella » reste toujours en suspens ? Et que dire de ce fameux « intégrisme » quelquefois reproché à l'Opus Dei ?

— Intégrisme ? L'Opus Dei n'est ni à droite, ni à gauche, ni au centre. En tant que prêtre j'essaie d'être avec le Christ qui, sur la croix, ouvrit les deux bras et pas seulement un seul ; je prends librement dans chaque groupe ce qui me convainc et rend mon coeur et mes bras accueillants pour toute l'humanité. Et chacun des membres de l'Opus Dei est souverainement libre de choisir les options qui lui semblent bonnes dans les limites assignées par la foi chrétienne.

Quant à la liberté religieuse, l'Opus Dei, depuis sa fondation, n'a jamais fait aucune discrimination: il travaille et vit en paix avec tous, parce qu'il voit dans chaque personne une âme à respecter et à aimer. Ce ne sont pas là que des mots ; notre OEuvre est la première organisation catholique qui, avec l'autorisation du Saint-Siège, admette à titre de coopérateurs les non-catholiques, chrétiens ou non. J'ai toujours défendu la liberté des consciences. Je ne comprends pas la violence ; elle ne me semble apte ni à convaincre ni à vaincre ; l'erreur se dépasse par la prière, par la grâce de Dieu, par l'étude ; jamais par la force, toujours par la charité. Vous comprendrez que, tel étant l'esprit que nous avons vécu dès le premier moment, les enseignements qu'a promulgués le Concile à ce sujet ne peuvent que me réjouir.

En ce qui concerne le projet auquel vous vous référez, il ne m'appartient pas de le résoudre, cela revient à la hiérarchie de l'Église en Espagne et aux catholiques de ce pays ; à eux d'appliquer, en l'occurrence, l'esprit du Concile.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant