Josemaría Escrivá Obras
45

Il est des lecteurs de Chemin s'étonnant de l'affirmation contenue à l'article 28 de ce livre: « Le mariage est pour la troupe et non pour l'état-major du Christ ». Convient-il d'y voir une appréciation péjorative du couple qui se trouverait en contradiction avec le désir de l'OEuvre de s'inscrire dans le cadre des réalités vivantes du monde moderne ?

— Je vous conseille de lire le numéro antérieur de Chemin où il est dit que le mariage est une vocation divine. Il n'était guère courant d'entendre cette affirmation aux alentours de 1925. Tirer les conséquences dont vous parlez du point suivant équivaudrait à ne pas comprendre mes paroles. Par cette métaphore je voulais recueillir ce qu'a toujours enseigné l'Église sur l'excellence et la valeur surnaturelle du célibat apostolique. Et rappeler en même temps à tous les chrétiens que, selon les mots de saint Paul, ils doivent se sentir milites Christi, soldats du Christ, membres de ce peuple de Dieu qui mène sur la terre une lutte divine de compréhension, de sainteté et de paix. Il y a dans le monde entier des milliers de ménages qui appartiennent à l'Opus Dei, ou qui vivent selon son esprit, sachant bien qu'un soldat peut être héroïque dans la même bataille où un général a fui honteusement.

Précédent Voir le chapitre Suivant