Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Entretiens > L'apostolat de l'Opus Dei dans les cinq continents > Point 47
47

J'ai eu l'occasion d'entendre, monseigneur, les réponses que vous donniez il y a un an et demi à un public de plus de deux mille personnes réuni alors à Pampelune. Vous insistiez sur la nécessité pour les catholiques de se conduire comme des citoyens responsables et libres, et « de ne pas vivre de leur appartenance à la religion catholique ». Quelle importance et quelle projection donnez-vous à cette idée ?

— J'ai toujours été gêné par l'attitude de ceux qui font profession de s'appeler catholiques, ou de ceux qui veulent nier le principe de la liberté personnelle, sur laquelle repose toute la morale chrétienne.

L'esprit de l'OEuvre et celui de ses membres est de servir l'Église et toutes les créatures sans se servir de l'Église. J'aime que le catholique porte le Christ non pas dans son nom mais dans sa conduite, en donnant un témoignage réel de vie chrétienne. Le cléricalisme me répugne et je comprends qu'à côté d'un anticléricalisme mauvais, il existe un anticléricalisme sain, qui procède de l'amour du sacerdoce et qui s'oppose à ce que le simple fidèle ou le prêtre usent d'une mission sacrée à des fins temporelles. Mais je ne pense pas en cela me déclarer contre qui que ce soit. Il n'y a dans notre OEuvre aucun souci d'exclusivité, mais seulement le désir de collaborer avec tous ceux qui travaillent pour le Christ et avec tous ceux qui, chrétiens ou non, font de leur vie une splendide réalité de service.

Au reste, l'important n'est pas seulement la projection que j'ai donnée à cette idée, en particulier depuis 1928, mais celle que lui donne le magistère de l'Église. Il y a peu de temps, le Concile — causant une émotion inexprimable au pauvre prêtre que je suis — a rappelé à tous les chrétiens, dans la Constitution dogmatique De Ecclesia, qu'ils ont l'obligation de se sentir pleinement citoyens de la cité terrestre, en participant à toutes les activités humaines au mieux de leur compétence professionnelle, sans oublier l'amour qu'ils doivent à tous les hommes, et en recherchant la plénitude de la vie chrétienne à laquelle ils sont appelés par le simple fait d'avoir reçu le baptême.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant