Josemaría Escrivá Obras
48

Pouvez-vous nous dire si, ou jusqu'à quel point, l'Opus Dei obéit en Espagne à une orientation économique ou politique ? Et dans l'affirmative, pourriez-vous la définir ?

— L'Opus Dei n'a aucune orientation économique ou politique, ni en Espagne ni ailleurs. Certes, s'inspirant de la doctrine du Christ, ses membres défendent, en toute occasion, la liberté personnelle et le droit que tous les hommes ont de vivre et de travailler, d'être soignés en cas de maladie et durant leur vieillesse, de fonder un foyer, de mettre des enfants au monde, de les élever selon les dons de chacun, et d'être dignement traités en tant qu'êtres humains et que citoyens.

Mais l'OEuvre ne propose à ses membres aucune voie concrète, ni économique, ni politique, ni culturelle. Chacun a la pleine liberté de penser et d'agir comme bon lui semble dans ces domaines. Pour ce qui est d'ordre temporel, les membres de l'OEuvre sont on ne peut plus libres ; l'Opus Dei accueille des gens de toutes les tendances politiques, culturelles, sociales et économiques que la conscience chrétienne peut admettre.

Pour mon compte, je ne parle jamais de politique. Ma mission en tant que prêtre est exclusivement spirituelle. Du reste, si jamais je venais à exprimer une opinion d'ordre temporel, les membres n'auraient aucune obligation de l'adopter.

Les dirigeants de l'OEuvre ne peuvent, en aucun cas, imposer un critère politique ou professionnel aux autres membres. S'il arrivait qu'un membre de l'Opus Dei essayât de le faire ou de se servir des autres membres à des fins humaines, il serait expulsé sans égards, car les autres s'insurgeraient légitimement.

Jamais je n'ai demandé et ne demanderai à aucun membre de l'OEuvre à quel parti il appartient ou quelle doctrine politique il professe : ce serait, à mes yeux, commettre un attentat contre sa liberté légitime. Et les dirigeants de l'Opus Dei font de même partout dans le monde.

Je sais, néanmoins, que parmi les membres de l'OEuvre — en Espagne comme dans tout autre pays — il y a, en fait, une grande variété d'opinions et je n'y trouve rien à redire. Je les respecte toutes, comme je respecterai toujours toute option temporelle que pourrait avoir un homme s'efforçant d'agir conformément à sa conscience.

Ce pluralisme ne constitue pas un problème pour l'OEuvre. Au contraire, c'est une manifestation de bon esprit, qui fait apparaître la liberté légitime de chacun.

Précédent Voir le chapitre Suivant