Josemaría Escrivá Obras
49

Est-ce un mythe, une demi-vérité ou une réalité, que l'Opus Dei soit devenu en Espagne une puissance politique et économique grâce aux positions que ses membres occupent dans le monde de la politique et de l'économie ?

— C'est simplement une erreur. La majorité des membres de l'OEuvre sont des gens de condition sociale ordinaire, voire modeste : ouvriers, employés, paysans, instituteurs, etc. On en connaît aussi certains — beaucoup moins nombreux — qui s'occupent de politique et d'économie. Les uns comme les autres agissent à titre exclusivement personnel, travaillent en toute autonomie et répondent personnellement de leurs activités.

Les buts de l'OEuvre sont uniquement spirituels. Que ses membres exercent ou non une influence sociale particulière, l'Opus Dei ne leur demande, à tous, qu'une seule chose: lutter afin de vivre une vie pleinement chrétienne. L'Opus Dei ne leur donne aucune directive sur la façon dont ils doivent accomplir leur travail. Il ne tente pas de coordonner leurs tâches. Il ne se sert point des charges qu'ils peuvent occuper.

En ce sens, l'OEuvre pourrait être comparée à un club sportif ou à une association de bienfaisance, qui n'a rien à voir avec les activités politiques ou économiques que peuvent déployer ses adhérents.

Précédent Voir le chapitre Suivant