Josemaría Escrivá Obras
56

Comment l'Opus Dei se développe-t-il dans les pays autres que l'Espagne ? Quelle est son influence aux États-Unis, en Angleterre, en Italie, etc. ?

— Actuellement, font partie de l'Opus Dei des ressortissants de quatre-vingts nations, qui travaillent dans tous les pays d'Amérique et d'Europe occidentale et dans certains pays d'Afrique, d'Asie et d'Océanie.

L'influence de l'Opus Dei, dans tous ces pays, est une influence spirituelle. Il s'agit essentiellement d'aider les personnes qui s'approchent de nous à vivre l'esprit évangélique avec une plénitude accrue dans leur existence quotidienne. Ces personnes travaillent dans les milieux les plus variés ; il y a, parmi elles, des paysans qui cultivent la terre dans des villages perdus de la chaîne des Andes, et aussi des banquiers de Wall Street. L'Opus Dei leur enseigne que le travail courant — qu'il soit humble ou brillant dans l'ordre humain — est d'une haute valeur et peut être le moyen très efficace d'aimer et de servir Dieu et le prochain. Il leur enseigne à aimer tous les hommes, à respecter leur liberté, à travailler — en toute autonomie, comme bon leur semblera —, à supprimer l'incompréhension et l'intolérance parmi les hommes et à rendre la société plus juste. Telle est la seule influence que l'Opus Dei exerce partout où il agit.

Quant aux oeuvres sociales et éducatives que l'Opus Dei fonde directement, je vous dirai qu'elles répondent aux conditions locales et aux besoins de la société. Je ne possède aucun renseignement précis sur ces fondations, car, comme je vous l'expliquais, notre organisation est fort décentralisée. Je pourrais mentionner, comme un exemple parmi beaucoup d'autres, le Midtown Sports and Cultural Center, dans le Near West Side de Chicago qui propose des programmes éducatifs et sportifs aux habitants du quartier. Sa mission consiste, pour une part importante, à encourager la coexistence et la bonne entente entre les différents groupes ethniques. Un autre travail intéressant se fait à Washington, à The Heights, où sont donnés des cours d'orientation professionnelle, avec programmes spéciaux pour étudiants particulièrement doués, etc.

Pour ce qui est de l'Angleterre, on pourrait signaler les résidences universitaires qui, outre la pension, offrent aux étudiants divers programmes d'études qui complètent leur formation culturelle, humaine et spirituelle. Netherhall House, à Londres, mérite peut-être une mention spéciale en raison de son caractère international. Des étudiants de plus de cinquante pays y ont habité, dont beaucoup ne sont pas chrétiens, car les maisons de l'Opus Dei sont ouvertes à tous sans discrimination de race ou de religion.

Pour ne pas m'étendre davantage, je ne citerai que le Centro Internazionale della Gioventù lavoratrice, à Rome. Ce centre, qui a pour tâche la formation professionnelle des jeunes ouvriers, fut confié à l'Opus Dei par le pape Jean XXIII et inauguré par Paul VI, il y a moins d'un an.

Précédent Voir le chapitre Suivant