Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Entretiens > L'Opus Dei : une institution qui encourage la recherche de la sainteté dans le monde > Point 64
64

Certains ont fait, parfois, de l'Opus Dei une organisation d'aristocratie intellectuelle, qui désire pénétrer dans les milieux politiques, économiques et culturels les plus éminents, en vue de les contrôler du dedans, fût-ce dans de bonnes intentions. Est-ce vrai ?

— Presque toutes les institutions qui ont apporté un message nouveau, ou qui se sont efforcées de servir sérieusement l'humanité en vivant pleinement le christianisme, ont souffert de l'incompréhension, surtout à leurs débuts. C'est ce qui explique que, de prime abord, certains n'aient pas compris l'apostolat des laïcs dont l'Opus Dei pratiquait et proclamait la doctrine.

Je dois dire également — encore que je n'aime guère parler de ces choses — que, dans notre cas, il y eut même une campagne de calomnies organisée et persistante. D'aucuns ont prétendu que nous travaillions en secret — c'est peut-être ce qu'ils faisaient eux-mêmes —, que nous aspirions à occuper des postes élevés, etc. Je peux vous dire, très précisément, qui a déclenché cette campagne, il y a environ trente ans : c'est un religieux espagnol qui, par la suite, a quitté son ordre et l'Église, a contracté un mariage civil et est maintenant pasteur protestant.

La calomnie, une fois lancée, poursuit sa course, en raison de la force acquise, pendant un certain temps ; parce qu'il y a des gens qui écrivent sans s'informer et parce que tout le monde n'est pas semblable aux journalistes compétents qui ne se croient pas infaillibles, et qui ont la noblesse de rectifier quand ils découvrent la vérité. Et c'est ce qui s'est passé, bien que ces calomnies aient été démenties par une réalité que tout le monde a pu vérifier, outre qu'elles sont à première vue déjà invraisemblables. Il suffit de dire que les racontars auxquels vous faites allusion ne concernent que l'Espagne ; et penser qu'une institution internationale comme l'Opus Dei gravite autour des problèmes d'un seul pays serait simplement faire preuve d'étroitesse de vue et de provincialisme.

Par ailleurs, la plupart des membres de l'Opus Dei — en Espagne et dans tous les pays — sont des ouvriers, des ménagères, des petits commerçants, des employés, des paysans, etc. ; des gens dont la tâche n'a aucun poids politique ou social particulier. Qu'il y ait, parmi les membres de l'Opus Dei, un grand nombre d'ouvriers, voilà qui ne retient pas l'attention ; mais qu'il s'y trouve tel ou tel homme politique, alors oui ! En réalité, pour moi la vocation d'un porteur de bagages est aussi importante que celle d'un directeur d'entreprise. La vocation, c'est Dieu qui l'accorde, et, dans les oeuvres de Dieu, il n y a pas lieu à discriminations, et moins encore si elles sont démagogiques.

Ceux qui ne songent, en voyant travailler les membres de l'Opus Dei dans les domaines les plus divers de l'activité humaine, qu'à des influences ou à des contrôles présumés, ceux-là prouvent qu'ils ont une piètre conception de la vie chrétienne. L'Opus Dei ne contrôle et ne prétend contrôler aucune activité temporelle : il veut simplement diffuser le message évangélique, suivant lequel Dieu demande à tous les hommes qui vivent dans le monde de L'aimer et de Le servir en se fondant précisément sur leurs activités terrestres. En conséquence, les membres de l'OEuvre, qui sont des chrétiens ordinaires, travaillent là où il leur semble bon et de la façon qui leur paraît la meilleure ; l'OEuvre ne s'occupe que de les aider spirituellement afin qu'ils agissent toujours selon la conscience chrétienne.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant