Josemaría Escrivá Obras
66

D'autre part, l'histoire de l'Église progresse et a permis de dépasser un certain cléricalisme, qui tend à défigurer tout ce qui concerne les laïcs et à leur attribuer des arrière-pensées. Il est devenu plus facile, aujourd'hui, de comprendre que l'Opus Dei pratiquait et proclamait, ni plus ni moins, la vocation divine du chrétien ordinaire, animé d'une volonté surnaturelle bien précise.

J'espère qu'un jour viendra où la formule : les catholiques pénètrent dans les milieux sociaux, cessera d'avoir cours et que tout le monde s'apercevra que c'est là une expression cléricale. En tout cas, elle ne s'applique en rien à l'apostolat de l'Opus Dei. Les membres de l'OEuvre n'ont nul besoin de pénétrer dans les structures temporelles, pour la simple raison qu'ils y sont déjà, étant des citoyens ordinaires et pareils aux autres.

Si Dieu appelle à l'Opus Dei quelqu'un qui travaille dans une usine ou dans un hôpital, ou au Parlement, cela veut dire que, désormais, ce quelqu'un sera décidé à employer les moyens qu'il faut pour sanctifier, avec la grâce de Dieu, cette profession. Ce n'est là que la prise de conscience des exigences foncières du message évangélique, conformément à la vocation spécifique reçue.

Penser qu'une telle prise de conscience signifie l'abandon de la vie normale n'est une idée légitime que si l'on reçoit de Dieu la vocation religieuse, avec son contemptus mundi, avec le mépris ou le dédain des choses de ce monde ; mais vouloir faire de cet abandon du monde l'essence ou le sommet du christianisme, c'est de toute évidence une énormité.

Ce n'est donc pas l'Opus Dei qui introduit ses membres dans certains milieux ; ils s'y trouvaient déjà, je le répète, et ils n'ont aucune raison d'en sortir. En outre, les vocations à l'Opus Dei — qui naissent de la grâce de Dieu et de cet apostolat de l'amitié et de la confidence, dont je parlais tout à l'heure — apparaissent dans tous les milieux.

Peut-être la simplicité même de l'Opus Dei, de sa nature et de la façon dont il agit, est-elle une difficulté pour ceux qui sont pleins de complications et qui semblent incapables de comprendre ce qui est authentique et droit.

Naturellement, il y aura toujours des gens qui n'entendront rien à l'essence de l'Opus Dei, et cela ne saurait nous étonner, puisque le Seigneur a déjà prévenu les siens de cette difficulté, en leur expliquant que non est discipulus super Magistrum (Mt 10, 24), le disciple n'est pas au-dessus du maître. Nul ne peut prétendre à ce que tout le monde l'apprécie, encore que chacun ait le droit d'être respecté par tous en tant que personne et fils de Dieu. Par malheur, il y a des fanatiques qui veulent imposer leurs idées sur un mode totalitaire, et ceux-là ne saisiront jamais l'amour que les membres de l'Opus Dei ont de la liberté personnelle des autres, puis de leur propre liberté, toujours sous leur propre responsabilité.

Je me rappelle une anecdote très significative. Dans une ville, dont il serait indélicat de citer le nom, le conseil municipal délibérait sur le point de savoir s'il convenait d'accorder une subvention à telle oeuvre éducative que dirigeaient des membres de l'Opus Dei et qui, comme toutes les oeuvres collectives que l'Opus Dei réalise, remplissait nettement une fonction d'utilité sociale. La plupart des conseillers étaient en faveur de la subvention. Et, pour expliquer son attitude, l'un deux, socialiste, déclarait qu'il avait personnellement observé le travail qu'on faisait dans ce centre : « Ce qui en caractérise l'activité, dit-il, c'est que ceux qui la dirigent sont très respectueux de la liberté personnelle. Il y a, dans cette résidence, des étudiants de toutes les religions et de toutes les idéologies. » Les conseillers communistes votèrent contre. Et l'un d'eux, pour justifier son vote négatif, dit aux socialistes : « J'ai voté contre parce que, si les choses sont comme vous le dites, cette résidence constitue une propagande efficace pour le catholicisme. »

Celui qui ne respecte pas la liberté des autres, ou désire s'opposer à l'Église, ne saurait apprécier un travail apostolique. Mais même dans ce cas, moi, en tant qu'homme, je suis tenu de le respecter et de m'efforcer de le mettre sur la voie de la vérité ; et en tant que chrétien, obligé de l'aimer et de prier pour lui.

Précédent Voir le chapitre Suivant