Josemaría Escrivá Obras
67

Ce point éclairci, je voudrais vous demander quelles sont, dans la formation spirituelle des membres, les caractéristiques grâce auxquelles toute espèce d'intérêt temporel est exclue du fait d'appartenir à l'Opus Dei ?

— Tout intérêt qui n'est pas purement spirituel est radicalement exclu, parce que l'OEuvre exige beaucoup — détachement, sacrifice, abnégation, travail sans repos au service des âmes — et ne donne rien. Je veux dire qu'elle ne donne rien dans l'ordre des intérêts temporels ; car, au plan de la vie spirituelle, elle donne beaucoup : elle donne les moyens de lutter et de vaincre dans le combat ascétique, elle conduit dans les voies de la prière, elle enseigne à traiter Jésus comme un frère, à voir Dieu dans toutes les circonstances de la vie, à se sentir fils de Dieu et donc fils engagé à répandre sa doctrine.

Si l'on ne progresse pas dans le chemin de la vie intérieure, au point de comprendre qu'il vaut la peine de se donner entièrement, de mettre sa propre vie au service du Seigneur, on ne saurait persévérer dans l'Opus Dei, car la sainteté n'est pas une étiquette, c'est une profonde exigence.

D'autre part, il n'y a aucune activité de l'Opus Dei qui ait des buts politiques, économiques ou idéologiques : nulle action temporelle. Ses seules activités sont la formation surnaturelle de ses membres et les oeuvres d'apostolat, c'est-à-dire une attention spirituelle continuellement portée sur chacun de ses membres et les oeuvres collectives apostoliques, d'assistance, de bienfaisance, d'éducation, etc.

Les membres de l'Opus Dei se sont unis dans le seul but de suivre un chemin de sainteté bien défini, et de collaborer à certaines oeuvres d'apostolat. Ces engagements réciproques excluent toute espèce d'intérêts terrestres, pour la simple raison que dans ce domaine tous les membres de l'Opus Dei sont libres, de sorte que chacun suit sa propre voie, à des fins et pour des intérêts différents, voire opposés.

L'OEuvre ayant un objectif exclusivement divin, son esprit est un esprit de liberté, d'amour pour la liberté personnelle de tous les hommes. Et comme cet amour de la liberté est sincère et n'est pas un simple énoncé théorique, nous aimons la conséquence nécessaire de cette liberté : c'est-à-dire le pluralisme. Dans l'Opus Dei le pluralisme est voulu et aimé, non pas simplement toléré et en aucune façon entravé. Quand j'observe, parmi les membres de l'OEuvre, tant d'idées diverses, tant d'attitudes divergentes — concernant les questions politiques, économiques, sociales ou artistiques, etc. — je m'en réjouis, car c'est le signe que tout fonctionne à la face de Dieu comme il se doit.

Unité spirituelle et diversité dans les choses temporelles sont compatibles, quand ne règnent ni le fanatisme ni l'intolérance et, surtout, quand on vit de foi et que l'on sait que les hommes sont unis non par de simples liens de sympathie ou d'intérêt, mais par l'action d'un même Esprit qui nous rend frères du Christ et nous conduit vers Dieu le Père.

Un véritable chrétien ne pense jamais que l'unité dans la foi, la fidélité au magistère et à la Tradition de l'Église, et le souci de faire parvenir aux autres la parole salvatrice du Christ, s'opposent à la diversité d'attitudes dans les choses que Dieu a laissées, comme on a coutume de dire, à la libre discussion des hommes. Mieux encore, il est pleinement conscient que cette variété fait partie du plan divin, est voulue par Dieu qui répartit ses dons et ses lumières comme Il l'entend. Le chrétien doit aimer les autres, et, par conséquent, respecter les opinions contraires aux siennes et vivre en toute fraternité avec ceux qui pensent autrement.

C'est précisément parce que les membres de l'OEuvre ont été formés dans cet esprit que nul ne songe — c'est impossible — à tirer parti de son appartenance à l'Opus Dei pour obtenir des avantages personnels, ou pour tâcher d'imposer aux autres des options politiques ou culturelles. Les autres ne le toléreraient pas et ils pousseraient l'indélicat à changer d'attitude ou à quitter l'OEuvre. C'est là un point sur lequel personne, dans l'Opus Dei, ne pourra jamais permettre le moindre écart, car chacun doit défendre non seulement sa propre liberté, mais encore la nature surnaturelle du travail auquel il s'est donné. Voilà pourquoi je pense que la liberté et la responsabilité personnelle sont les meilleures garanties de la finalité surnaturelle de l'OEuvre de Dieu.

Précédent Voir le chapitre Suivant