Josemaría Escrivá Obras
71

Pourriez-vous me parler un peu de l'expansion de 1'OEuvre au cours de ses quarante années de vie ? Quels sont ses apostolats les plus importants ?

— Je dois dire avant tout combien je remercie Dieu Notre Seigneur de m'avoir permis de voir l'OEuvre, quarante ans seulement après sa fondation, répandue dans le monde entier. Quand elle naquit, en 1928, en Espagne, elle naquit déjà romaine, ce qui pour moi veut dire catholique, universelle. Et sa première impulsion fut, naturellement, de s'étendre à tous les pays.

En pensant à toutes ces années qui ont passé, il revient à ma mémoire de nombreux faits qui me remplissent de joie : car, mêlés aux difficultés et aux peines qui sont, dans une certaine mesure, le sel de la vie, ils me rappellent l'efficacité de la grâce de Dieu et le don — généreux et joyeux — qu'ont fait d'eux-mêmes tant d'hommes et de femmes qui ont su être fidèles. Je veux en effet manifester clairement que l'apostolat essentiel de l'Opus Dei est celui que réalise individuellement chaque membre dans son propre lieu de travail, dans sa famille, parmi ses amis. Action qui n'attire pas l'attention, difficile à traduire en statistiques, mais génératrice de fruits de sainteté dans des milliers d'âmes, qui vont à la suite du Christ, silencieusement et efficacement, dans leur tâche professionnelle quotidienne.

Il n'y a guère plus à dire sur ce sujet. Je pourrais certes vous raconter la vie exemplaire de bien des personnes, mais cela dénaturerait la beauté humaine et divine de cette action, en lui enlevant son intimité. Il serait pire encore de la réduire à des chiffres ou à des statistiques, car cela reviendrait à vouloir cataloguer en pure perte les fruits de la grâce dans les âmes.

Je peux vous parler des apostolats que les membres de l'OEuvre dirigent en de nombreux pays. Ce sont des activités aux fins spirituelles et apostoliques, où l'on s'efforce de travailler avec soin et avec perfection, sur le plan humain même, et auxquelles collaborent bien d'autres personnes qui ne sont pas de l'Opus Dei, mais comprennent la valeur surnaturelle de ce travail, ou qui apprécient sa valeur humaine ; c'est le cas de nombreux non-chrétiens qui nous aident efficacement. Il s'agit toujours de tâches laïques et séculières, animées par des citoyens courants, usant de leurs droits civiques normaux, en accord avec les lois de chaque pays, et toujours menées avec sens professionnel. Autrement dit, il s'agit d'activités qui n'aspirent à aucune sorte de privilège ou de traitement de faveur.

Vous connaissez probablement une activité de ce genre, réalisée à Rome : le centre Elis, orienté vers la qualification professionnelle et la formation intégrale d'ouvriers, à l'aide d'écoles, d'activités sportives et culturelles, de bibliothèques, etc. Cette oeuvre répond aux besoins de Rome et aux circonstances particulières du milieu humain où elle a surgi, le quartier du Tiburtino. Des activités semblables existent à Chicago, Madrid, Mexico et dans bien d'autres endroits.

Un autre exemple pourrait être celui du Strathmore College of Arts and Science, à Nairobi. Il s'agit d'un college préuniversitaire, par lequel sont passés des centaines d'étudiants du Kenya, de l'Ouganda et de la Tanzanie. Grâce à lui, quelques Kenyans de l'Opus Dei ont, avec d'autres concitoyens, réalisé un profond travail éducatif et social ; il a été le premier centre de l'Afrique de l'Est à réaliser une intégration raciale complète et, par son action, il a beaucoup contribué à l'africanisation de la culture. La même chose pourrait être dite de Kianda College, également à Nairobi, qui réalise un travail considérable de formation de la nouvelle femme africaine.

Je pourrais citer aussi, comme un exemple de plus, une autre activité : l'université de Navarre. Dès sa fondation, en 1952, elle s'est développée au point de compter maintenant 18 facultés, écoles et instituts, où plus de six mille élèves poursuivent leurs études. Contrairement à ce qu'ont écrit récemment certains journaux, je dois dire que l'université de Navarre n'a pas été soutenue par des subventions de l'Etat. L'Etat espagnol ne subventionne en aucune manière les frais de fonctionnement ; il n'a fait que contribuer par quelques subventions à la création de nouveaux postes d'enseignement. L'université de Navarre se maintient grâce à l'aide de personnes et d'associations privées. Le système d'enseignement et de vie universitaire, inspiré par le critère de la responsabilité personnelle et de la solidarité entre tous ceux qui y travaillent, s'est révélé efficace, et représente une expérience très positive dans le contexte actuel de l'Université dans le monde.

Je pourrais parler d'activités de ce type aux États-Unis, au japon, en Argentine, en Australie, aux Philippines, en Angleterre, en France, etc. Mais ce n'est pas nécessaire. Il suffit de dire que l'Opus Dei s'étend actuellement aux cinq continents, et que des personnes de plus de quatre-vingts nationalités et de races et de conditions les plus diverses, en font partie.

Précédent Voir le chapitre Suivant