Josemaría Escrivá Obras
72

Pour terminer : êtes-vous satisfait de ces quarante ans d'activité ? Les expériences de ces dernières années, les changements sociaux, le concile Vatican II, etc., vous auraient-ils suggéré quelques changements de structure ?

— Satisfait ? Je ne puis m'empêcher de l'être, quand je vois que, malgré mes misères personnelles, le Seigneur a opéré, autour de cette OEuvre de Dieu, tant de merveilles.

Pour un homme qui vit de la foi, la vie sera toujours l'histoire des miséricordes divines. Peut-être est-il difficile de lire dans certains moments de cette histoire, car tout peut sembler inutile et peut même paraître échouer ; d'autres fois, le Seigneur laisse paraître des fruits abondants, et il est naturel, alors, que le coeur exulte en action de grâces.

Une de mes plus grandes joies a été précisément que le concile Vatican II ait proclamé très clairement la vocation divine du laïcat. Sans la moindre prétention, il m'est permis de dire qu'en ce qui concerne notre esprit, le Concile n'est certes pas une invitation à le modifier ; bien au contraire, il a confirmé ce que — par la grâce de Dieu — nous pratiquions et enseignions depuis tant d'années. La caractéristique principale de l'Opus Dei, ce n'est pas d'être une technique ou une méthode d'apostolat, ni une structure déterminée, mais un esprit qui porte précisément à sanctifier le travail ordinaire.

Les erreurs et les misères personnelles, je le répète, nous y sommes tous sujets. Et nous avons tous à nous examiner sérieusement en présence de Dieu et à confronter notre propre vie avec ce que le Seigneur exige de nous. Mais sans oublier le plus important : si scires donum Dei ! (Jn 4, 10), si vous reconnaissiez le don de Dieu ! dit Jésus à la Samaritaine. Et saint Paul ajoute : Ce trésor, nous le portons en des vases d'argile, pour qu'on voie bien que cette extraordinaire puissance appartient à Dieu et ne vient pas de nous (2 Co 4, 7).

L'humilité, l'examen chrétien consistent d'abord à reconnaître le don de Dieu. Il s'agit de bien autre chose que de se contracter devant le cours que prennent les événements, que de se sentir inférieurs ou découragés devant l'histoire. Dans la vie personnelle, et parfois aussi dans la vie des associations ou des institutions, il peut y avoir des choses à modifier, et même beaucoup ; mais l'attitude à prendre, pour un chrétien, au moment d'affronter ces problèmes doit être avant tout de s'émerveiller devant la grandeur des oeuvres de Dieu comparées avec la petitesse humaine.

L'aggiornamento doit se faire, avant tout, dans la vie personnelle, de manière à la rendre conforme à cette vieille nouveauté qu'est l'Évangile. Être à jour, cela signifie s'identifier au Christ, qui n'est pas un personnage passé de mode : le Christ vit et vivra toujours : hier et aujourd'hui,  éternellement (He 13, 8).

Quant à l'Opus Dei considéré dans son ensemble, on peut bien dire, sans aucune espèce d'arrogance, et par reconnaissance pour la bonté de Dieu, qu'il n'y aura jamais pour lui aucun problème d'adaptation au monde : jamais il ne se trouvera dans la nécessité de se mettre à jour. Dieu notre Seigneur a mis l'OEuvre à jour une fois pour toutes, en lui donnant ces caractéristiques particulières, laïques ; et elle n'aura jamais besoin de s'adapter au monde, parce que tous ses membres sont du monde ; elle ne sera jamais à la remorque du progrès humain, puisque tous les membres de l'OEuvre, à côté des autres hommes qui vivent dans le monde, créent eux-mêmes ce progrès par leur travail ordinaire.

Précédent Voir le chapitre Suivant