Josemaría Escrivá Obras
 
 
 
 
 
 
  Entretiens > L'Université au service de la société actuelle > Point 75
75

Beaucoup d'étudiants se sentent solidaires et désirent adopter une attitude active devant le spectacle qu'ils observent dans le monde entier de tant de personnes qui souffrent physiquement et moralement, ou qui vivent dans l'indigence. Quels idéaux sociaux offririez-vous à la jeunesse intellectuelle d'aujourd'hui ?

— L'idéal consiste surtout en la réalité d'un travail bien fait, en la préparation scientifique appropriée tout au long des années d'Université. Ceci dit, il y a des milliers d'endroits dans le monde où l'on a besoin de bras, où l'on attend une activité personnelle forte et fondée sur l'esprit de sacrifice. L'Université ne doit pas former des hommes qui, par la suite, se réservent avec égoïsme les bénéfices acquis au cours de leurs études. Elle doit, au contraire, les préparer à une activité faite d'aide généreuse envers le prochain et de fraternité chrétienne.

Bien souvent cette solidarité se limite à des manifestations orales ou écrites, quand ce ne sont pas des algarades stériles ou nuisibles. Personnellement, je mesure la solidarité aux actes de service ; et je connais des milliers de cas d'étudiants espagnols et d'autres pays qui ont renoncé à construire leur petit monde à eux et qui se donnent aux autres, au moyen d'un travail professionnel qu'ils essaient de réaliser avec la plus grande perfection humaine possible dans l'enseignement, l'assistance, les oeuvres sociales, etc., le tout avec un esprit toujours jeune et débordant de joie.

[Imprimer]
 
[Envoyer]
 
[Palm]
 
[Sauvegarder]
 
Traduire le point en:
Précédent Voir le chapitre Suivant