Josemaría Escrivá Obras
77

Si les circonstances politiques d'un pays en arrivaient à une situation telle qu'un universitaire, professeur ou étudiant, estime en conscience qu'il devient préférable de politiser l'Université parce qu'il n'a pas en son pouvoir les moyens licites d'éviter la dégradation générale de la nation, pourrait-il agir de la sorte en faisant ainsi usage de sa liberté ?

— S'il n'existait, dans un pays donné, absolument aucune liberté politique, il se produirait peut-être une dénaturalisation de l'Université. Celle-ci, cessant d'être la maison commune, se convertirait en un champ de bataille où s'opposeraient des factions rivales.

J'estime cependant qu'il serait préférable de consacrer ces années à une préparation sérieuse, à la formation d'une mentalité sociale afin que ceux qui demain dirigeront et qui aujourd'hui étudient ne tombent point dans cette aversion de la liberté personnelle qui est quelque chose de vraiment pathologique. Si l'Université devient l'endroit où l'on débat et résout des problèmes politiques il s'ensuivra aisément la perte de la sérénité académique et un esprit de parti pris dans la formation des étudiants ; de cette manière-là, l'Université et le pays traîneront toujours derrière eux le mal chronique du totalitarisme, de quelque obédience qu'il soit.

Il doit être cependant clair qu'en disant que l'Université n'est pas un lieu approprié à la politique, je n'exclus pas — je le souhaite au contraire — que les aspirations de tous les citoyens suivent leurs cours normal. Bien que, sur ce point, mon opinion soit des plus concrètes, je ne veux rien ajouter parce que ma mission n'est pas politique mais sacerdotale. Ce que je vous dis, c'est en tant qu'universitaire que je vous le dis ; et tout ce qui regarde l'Université me passionne. Je ne fais pas de politique, ni ne veux ni ne peux en faire ; mais ma mentalité de juriste et de théologien — ma foi chrétienne aussi — me poussent à être toujours du côté de la liberté légitime de tous les hommes. Personne ne peut prétendre imposer, dans les questions temporelles, des dogmes qui, de fait, n'existent point. Devant n'importe quel problème concret, la solution consiste à bien l'étudier et ensuite à agir en conscience, avec une liberté personnelle et avec une responsabilité elle aussi personnelle.

Précédent Voir le chapitre Suivant