Josemaría Escrivá Obras
95

Je ne comprends pas ces catholiques — et moins encore ces prêtres — qui, depuis des années, la conscience tranquille, conseillent l'emploi de la pilule pour éviter la conception : car on ne saurait, sans triste désinvolture, ignorer l'enseignement pontifical. Ils ne peuvent non plus alléguer — comme ils le font, avec une légèreté incroyable — que le pape, lorsqu'il ne parle pas ex cathedra, est un simple docteur privé sujet à l'erreur. Juger que le pape se trompe et pas eux, cela suppose déjà une arrogance démesurés.

Ils oublient, au surplus, que le souverain pontife n'est pas seulement un docteur — infaillible, quand il le dit expressément — mais encore le suprême législateur. Et dans le cas présent, ce que l'actuel pontife Paul VI a disposé, d'une manière qui ne permet aucune équivoque, c'est qu'il faut suivre en cette matière si délicate — car elles sont toujours en vigueur — toutes les dispositions du saint pontife Pie XII, de vénérée mémoire : et Pie XII a seulement permis quelques procédés naturels — non pas la pilule — pour éviter la conception dans des cas isolés et difficiles. Conseiller le contraire est, par conséquent, désobéir gravement au saint-père en matière grave.

Je pourrais écrire un gros volume sur les conséquences malheureuses qu'entraîne, dans tous les ordres, l'emploi de ces moyens, ou d'autres, contre la conception : destruction de l'amour conjugal — le mari et la femme ne se regardent plus comme des époux, ils se regardent comme des complices —, malheur, infidélité, déséquilibres spirituels et mentaux, maux incalculables pour les enfants, perte de la paix dans le ménage Mais je ne l'estime pas nécessaire, je préfère me limiter à obéir au pape. Si, un jour, le souverain pontife décidait que l'emploi d'un médicament déterminé pour éviter la conception est licite, je me conformerais aux instructions du saint-père ; et, m'en tenant aux normes pontificales et à celles de la théologie morale, examinant dans chaque cas les dangers évidents auxquels je viens de faire allusion, je donnerais à chacun, en conscience, mon conseil.

Et je tiendrai toujours compte du fait que ceux qui sauveront notre monde d'aujourd'hui, ce ne sont pas ceux qui prétendent anesthésier la vie de l'esprit et tout réduire à des questions économiques ou de bien-être matériel, mais ceux qui savent que la norme morale est en fonction du destin éternel de l'homme : ceux qui ont foi en Dieu, affrontent généreusement les exigences de cette foi et propagent chez ceux qui les entourent le sens transcendant de notre vie sur la terre.

C'est cette certitude qui doit conduire, non pas à encourager l'évasion, mais à tout mettre en oeuvre, efficacement, pour que chacun ait les moyens matériels nécessaires, pour qu'il y ait du travail pour tous, et que personne ne se trouve injustement limité dans sa vie familiale et sociale.

Précédent Voir le chapitre Suivant