Josemaría Escrivá Obras
174

Tu te vois tel un pauvre petit serviteur auquel son maître a enlevé sa livrée — rien qu’un pécheur ! — et tu comprends le sentiment de nudité qu’ont éprouvé nos premiers parents.

     — Tu devrais être toujours en train de pleurer. Et tu as beaucoup pleuré; tu as beaucoup souffert. Et pourtant tu es très heureux. Tu n’échangerais pas ton sort avec qui que ce soit. Ton “gaudium cum pace” — ta joie sereine, voilà de nombreuses années que tu ne la perds pas. Tu en remercies Dieu, et tu voudrais apporter à tous le secret du bonheur.

     — Oui, on comprend que l’on ait dit bien souvent de toi (même si tu te moques du qu’en dira-t-on) que tu es un “homme de paix”.

Précédent Voir le chapitre Suivant