Josemaría Escrivá Obras
298

Mon Seigneur Jésus a un Cœur plus sensible que tous les cœurs de tous les hommes bons ensemble. Prenons un homme bon (moyennement bon) qui est conscient qu’une personne déterminée l’aime sans attendre ni satisfaction ni récompense en retour (ce qui s’appelle aimer pour aimer), et qui sait aussi que le seul désir de cette personne est qu’il accepte d’être aimé, ne serait-ce que de loin..., tardera-t-il à répondre à un amour aussi désintéressé ?

     — Admettons que la Personne aimée soit si puissante qu’elle puisse tout. Je suis sûr qu’elle finira non seulement par se laisser fléchir par l’amour fidèle de la créature (malgré les misères de cette pauvre âme), mais qu’elle donnera aussi à qui l’aime toute la beauté, toute la science et tout le pouvoir surhumain qu’il faudra pour éviter aux yeux de Jésus de se salir en regardant ce pauvre cœur qui l’adore.

     — Aime donc, mon enfant. Aime et espère.

Précédent Voir le chapitre Suivant