Josemaría Escrivá Obras
329

Un enfant sot s’agite et trépigne quand, pleine d’affection, sa mère introduit une aiguille dans son doigt pour en retirer l’épine qui s’y était plantée... L’enfant sage, même s’il a les yeux pleins de larmes — car la chair est faible — regarde, reconnaissant, sa bonne mère qui le fait souffrir un peu pour lui épargner un mal plus grand.

     — Jésus, fais que je sois cet enfant sage.

Précédent Voir le chapitre Suivant