Josemaría Escrivá Obras
330

Mon enfant, toi qui n’es qu’un pauvre bourricot: si, par Amour, le Seigneur a lavé ton échine noire, habituée au fumier, et s’il te charge d’un harnais de satin et le recouvre de joyaux éblouissants… Pauvre bourricot ! n’oublie pas que tu “peux”, volontairement, jeter à terre cette charge merveilleuse... mais qu’à toi seul tu “ne peux pas” la replacer sur ton dos.

Précédent Voir le chapitre Suivant