Josemaría Escrivá Obras
353

Ta prière d’enfance spirituelle, comme elle est pleine de choses puériles que tu dis au Seigneur ! Avec la confiance d’un enfant qui parle à son Grand Ami — sûr qu’il est de son amour —, voici ce que tu lui confies: fais que je vive seulement pour ta Gloire.

     Tu te souviens que tu fais tout de travers et tu le reconnais loyalement. Mais tu ajoutes: ô mon Jésus, ceci ne saurait t'étonner; il m’est impossible de faire quoi que ce soit comme il faut. Aide-moi donc, toi ! Fais-le, toi, à ma place. Et tu verras comment tout marchera bien.

     Puis, avec audace et sans trahir la vérité, tu poursuis: imprègne-moi, enivre-moi de ton Esprit, pour que je puisse faire ta Volonté. Je veux la faire. Si je ne la fais pas... c’est que tu ne m’aides pas. Pourtant, bien sûr que tu m’aides !

Précédent Voir le chapitre Suivant