Josemaría Escrivá Obras
387

Tel de nos amis écrivait: “J’ai souvent demandé pardon à Dieu pour mes très grands péchés; je lui ai dit que je l’aimais, en baisant le Crucifix, et je l’ai remercié des providences paternelles qu’il a eues pour moi ces jours-ci. Comme il y a des années, je me suis surpris à dire — sans m’en rendre compte tout d’abord —: “Dei perfecta sunt opera”, toutes les oeuvres de Dieu sont parfaites. Aussitôt j’ai eu la certitude absolue, sans le moindre doute, que c’était bien la réponse de Dieu à sa créature pécheresse, mais aimante. J’attends tout de lui ! Qu’il soit béni !”

     Je me suis empressé de lui répondre: “Le Seigneur se comporte toujours comme un bon Père, et il nous donne continuellement des preuves de son Amour. Place toute ton espérance en lui..., et continue de lutter.”

Précédent Voir le chapitre Suivant